Ecoutez Radio Sputnik
    Ebru Umar

    Ebru Umar: "Il n'y a aucune liberté de la presse en Turquie"

    © Photo. DHA
    International
    URL courte
    19520
    S'abonner

    La journaliste néerlandaise d'origine turque Ebru Umar, qui a été libérée lundi, ne peut pas renter dans son pays car elle doit rester en Turquie sous le régime de la résidence forcée.

    "Tout ce qui se passe avec moi a l'air d'une mauvaise blague", a déclaré à Sputnik Ebru Umar, libérée hier en Turquie.

    La journaliste a été interpellée par la police dans la nuit de samedi à dimanche à son domicile de Kusadasi, dans l'ouest de la Turquie, pour des tweets visant le président turc Recep Tayyip Erdogan. Ebru Umar avait récemment rédigé une chronique très critique envers le président turc dans le quotidien néerlandais Metro, dont elle avait ensuite twitté des extraits.

    Dans un entretien à Sputnik elle a déclaré qu'elle espérait de la compréhension de la part de la direction de Metro car elle ne peut pas revenir au Pays-Bas pour le moment car elle est soumise à un régime de résidence forcée (elle doit pointer deux fois par semaine au poste de police). "Ma présence physique est indispensable au Pays-Bas. J'ai des entretiens fixés et d'autres choses à faire. Honnêtement, je ne sais que faire dans cette situation", a-t-elle avoué.

    La journaliste a annoncé qu'elle allait faire appel de cette décision judiciaire et que pour cela elle attendait un papier officiel du Pays-Bas.
    Mme Umar a souligné qu'il n'y avait aucune liberté d'expression en Turquie. "Je ne suis pas la première à dire cela. De nombreux journalistes sont arrêtés en Turquie, le nombre de procédures judiciaires contre eux est d'environ 2.000. Cela ressemble à une mauvaise blague. Et maintenant, tout cela se passe pour moi", a-t-elle fustigé.

    "Il n'y a pas de presse libre en Turquie. La situation où je me trouve actuellement, où beaucoup de gens se trouvent en Turquie, le prouve".

    Les procès pour injure envers M. Erdogan se sont multipliés depuis son élection à la tête de l'État en août 2014, signe, selon ses détracteurs, d'une dérive autoritaire. Près de 2.000 procédures judiciaires ont été lancées en Turquie, visant aussi bien des artistes et des journalistes que de simples particuliers.

    Autre fait significatif, le gouvernement a récemment interdit l'entrée en Turquie à Tural Kerimov, rédacteur en chef de Sputnik Turquie, et au journaliste de la chaîne allemande ARD Volker Schwenk.

    En mars, les autorités turques ont pris le contrôle du Feza Media Group, propriétaire du journal d'opposition Zaman. La manifestation contre les persécutions des journalistes à Istanbul a été réprimée par la police, qui a fait usage de gaz lacrymogène.

    Lire aussi:

    Turquie: un journaliste étranger? Dehors!
    Intimidation d’une journaliste? Après l’interpellation, le cambriolage!
    La journaliste néerlandaise libérée en Turquie
    Après l'Allemagne, Erdogan s'en prend à la presse des Pays-Bas
    Tags:
    journalisme, liberté de la presse, Ebru Umar, Pays-Bas, Turquie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik