International
URL courte
24233
S'abonner

Les unités du ministère ukrainien de l'Intérieur à Odessa ont désormais le droit de tirer pour tuer en cas de provocations armées, a déclaré mercredi le conseiller du ministre de l'Intérieur Zorian Chkiriak.

"Dans le cas de telles provocations, nos unités qui sont déjà en état d'alerte agiront brutalement et sans concession", a affirmé le conseiller. "Si les provocateurs ont des armes en mains, la réaction des forces de l'ordre sera en conséquence, c'est-à-dire ils tireront pour tuer".

Plus tôt dans la journée, M. Chkiriak avait annoncé que la déclaration du gouverneur de la région d'Odessa Mikhaïl Saakachvili sur le déploiement d'environ 1.000 combattants de la Garde nationale était fausse. Entre-temps, des activités anti-terroristes étaient en cours dans la ville, a-t-il ajouté.

Selon lui, il n'est pas nécessaire de dépêcher la Garde nationale à Odessa et M. Saakachvili ne devrait pas se charger des fonctions de commandant en chef, ni réfléchir à la politique mais il lui faudrait plutôt s'inquiéter des problèmes des habitants de la région.

A l'heure actuelle, des tensions subsistent entre les autorités de la ville et M. Saakashvili à Odessa. Mardi 26 avril, des participants à la manifestation contre les autorités actuelles soutenue par le gouverneur de la région ont bloqué la mairie suite à une attaque contre le camp de tentes de ces premiers mardi dans la nuit. Les participants réclamaient la destitution du maire de la ville d'Odessa Guennadi Troukhanov.

Le 2 mai 2014, 48 membres et partisans du mouvement Antimaїdan ont trouvé la mort dans un incendie criminel à Odessa après s'être réfugiés dans la Maison des syndicats dans le sillage de leur confrontation avec les manifestants pro-européens. Plus de 250 personnes ont été blessées dans la tragédie.

Lire aussi:

Une banque attaquée au lance-roquettes à Odessa
Un adjoint de Saakachvili porte le vice-gouverneur d'Odessa dans ses bras
Massacre d'Odessa: le documentaire français diffusé malgré les pressions de Kiev
Massacre d'Odessa: quand un journaliste français brise la langue de bois
Tags:
tuer, tirs, combattant, Guennadi Troukhanov, Zorian Chkiriak, Mikhaïl Saakachvili, Odessa, Ukraine
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook