Ecoutez Radio Sputnik
    La frontière entre la Slovénie et l'Autriche

    L'Autriche s'octroie le droit de fermer la porte aux migrants

    © REUTERS / Leonhard Foeger
    International
    URL courte
    Crise migratoire (785)
    0 350

    Le Conseil national, chambre basse du parlement autrichien, a adopté mercredi un projet de loi durcissant les règles d'obtention de l'asile. En outre, la nouvelle loi prévoit la possibilité de fermer quasiment la porte aux réfugiés.

    L'Autriche peut désormais décréter l'"état d'urgence migratoire", soit fermer ses frontières aux réfugiés sans même leur laisser la possibilité de formuler une demande d'asile.

    Une exception sera faite pour les individus ayant de la famille en Autriche, les mineurs non accompagnés et les femmes avec des enfants en bas âge. En outre, les frontières resteront ouvertes aux réfugiés capables de fournir des preuves solides de leur persécution dans le pays d'où ils viennent.

    L'état d'urgence est défini par les autorités autrichiennes comme l'existence d'une menace à l'ordre public et à la sécurité interne. "L'état d'urgence peut être décrété pour une durée de six mois et ensuite prorogé jusqu'à deux ans".

    Adoptée par 98 voix contre 67, la nouvelle loi limite en outre à trois ans l'octroi d'asile et durcit les règles du regroupement familial, ce qui se répercutera avant tout sur les bénéficiaires de la protection subsidiaire.

    Au parlement, le projet de loi a été soutenu par les deux partis de la coalition au pouvoir, le Parti social-démocrate (SPÖ) et le Parti populaire (ÖVP). Le seul parti d'opposition ayant appuyé l'initiative est la Team Stronach, tous les autres mouvements ayant condamné la mesure.

    La réaction des Nations unies n'a pas tardé à arriver. Le Haut commissariat de l'Onu pour les réfugiés (HCR) a immédiatement déclaré qu'en cas de proclamation de l'état d'urgence "les demandeurs d'asile, même venant de région en guerre, n'auront plus la possibilité de bénéficier de l'asile en Autriche".

    Le secrétaire général de l'Onu, Ban Ki-moon, a de son côté exprimé sa "préoccupation" "par le fait que les pays européens adoptent aujourd'hui des politiques de plus en plus restrictives concernant l'immigration et les réfugiés".

    Et d'ajouter que ceci était contraire aux obligations des Etats envers "le droit international, le droit humanitaire et le droit européen".

    Le ministre autrichien de l'Intérieur, Wolfgang Sobotka, a pour sa part indiqué que le pays ne pouvait pas "accueillir toute la misère du monde" et a pointé que de telles mesures étaient dictées par le non accomplissement par d'autres pays du travail en matière de contrôles des migrants.

    Dossier:
    Crise migratoire (785)

    Lire aussi:

    Réfugiés: trois mythes qui ont la vie dure
    "Quand on en aura fini avec Daech, nous renterons à la maison" disent les réfugiés kurdes
    10.000 enfants réfugiés et migrants non accompagnés portés disparus en Europe
    Expulsions de réfugiés au Royaume-Uni, des chiffres qui font mal
    Réfugiés syriens
    Tags:
    crise migratoire, législation migratoire, loi, migrants, Team Stronach pour l'Autriche (TS), Parti social-démocrate autrichien (SPÖ), Parti populaire autrichien (ÖVP), Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR), ONU, Ban Ki-moon, Autriche
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik