International
URL courte
5012
S'abonner

Hikmet Cetinkaya et Ceyda Karan, deux journalistes du quotidien turc d’opposition Cumhuriyet, condamnés à deux ans de prison pour avoir reproduit en 2015 une caricature de Mahomet parue dans le journal français Charlie Hebdo, représentent un exemple frappant de la pression exercée sur la laïcité en Turquie.

Les deux journalistes, qui étaient soumis à une poursuite judiciaire depuis avril 2015, ne veulent cependant pas céder dans cette série d'attaques effectuée dans leur pays contre la liberté d'expression et les principes de laïcité.

M.Cetinkaya, Mme Karan et Ahmet Abakay, président de l'Union des journalistes contemporains de la Turquie, s'expriment sur la décision de la cour ainsi que sur le sujet des libertés politiques et sociales et sur les mesures prises par les autorités du pays, dans des entretiens accordés à Sputnik.

Selon M.Cetinkaya, la décision prononcée par la cour révèle l'importance décisive du problème des violations de la liberté d'expression en Turquie. Il estime que dans cette situation, la reproduction de la caricature en solidarité avec les journalistes français ne représentait aucune menace pour l'ordre social. Par contre, elle a nui à sa propre sécurité, affirme le journaliste.

"Je ne comprends pas ce qu'ils attendaient de moi. Que je dise que je n'avais pas écrit cet article qui était signé en mon nom, que c'était une erreur? Que je vais m'excuser, que je vais promettre de ne plus me comporter comme ça et de me conduire comme un écolier attentif? Jamais dans ma vie, moi, je n'ai rejeté mes principes et je n'ai trahi ma profession", déclare M.Cetinkaya.

Mme Karan estime pour sa part que la décision de la cour a démontré, une fois de plus, que les idées de l'islam politique ne réservent pas de place pour les libertés d'expression et des médias.

"C'est une expression de la tactique de pression, de faire peur aux citoyens qui se prononcent pour la Turquie laïque et pour les valeurs républicaines. Nous n'avons pas peur, nous n'avons pas à en être effrayés, parce que nous n'avons rien fait de honteux", souligne l'interlocutrice de Sputnik.

M.Abakay va encore plus loin dans ses déclarations. Selon lui, le procès actuel montre que le système judiciaire turc et ceux qui ont porté plainte contre les journalistes, saluent l'attaque terroriste contre le journal Charlie Hebdo. Donc, la décision prononcée montre un soutien apporté à cet attentat.

Les caricatures de Charlie Hebdo avaient été reproduites le 14 janvier 2015 dans le quotidien Cumhuriyet, en solidarité avec les journalistes français, victimes de l'attaque terroriste. La publication avait suscité la polémique dans la société turque.

Lire aussi:

La rhétorique anti-laïque en Turquie, à deux doigts de la charia
En Turquie, le retour de l'islam dans la constitution fait débat
L'Onu a reçu un rapport sur les massacres de Kurdes en Turquie
Vers une constitution religieuse en Turquie?
Tags:
journalisme, laïcité, liberté de la presse, liberté d'expression, Turquie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook