Ecoutez Radio Sputnik
    Le  Capitole des Etats-Unis, siège du Congrès

    Aux USA, une nouvelle initiative antirusse sur les rails

    © Sputnik . Igor Mikhalev
    International
    URL courte
    82894
    S'abonner

    Deux congressistes américains soutenus par 14 de leurs collègues ont déposé au Congrès des Etats-Unis un projet de loi en faveur de la démocratie et de la stabilité en Ukraine, STAND en abrégé, qui prévoit également de durcir les sanctions contre la Russie.

    Le congressiste Eliot Engel, un auteur du projet, l'a annoncé sur sa page web.  

    "L'occupation russe de la Crimée est illégale. Nous devons être absolument clairs à ce sujet, tout comme nous l'étions pendant plusieurs décennies d'occupation soviétique des Etats baltes", a écrit le congressiste au sujet du contenu du document. 

    Le projet de loi appelle à durcir les sanctions, interdit de reconnaître de l'appartenance de la Crimée à la Russie sous quelque forme que ce soit et étend les effets de l'acte Magnitski (une liste qui prévoit des sanctions contre des responsables russes soupçonnés d'être impliqués dans la mort de l'avocat Sergueï Magnitski). En outre, le projet soutient les investissements dans l'économie ukrainienne et appelle à  faire face à la propagande russe dans les pays voisins. 

    Le congressiste signale que les sanctions antirusses ne pourront être levées qu'à la seule condition: la restitution de la Crimée à l'Ukraine. Les sanctions, déjà prorogées à plusieurs reprises, ont été introduites par les Etats-Unis et des pays occidentaux au printemps 2014 et visent le secteur de l'énergie, de la défense et les finances russes. Des "sanctions ciblées" ont frappé des hommes politiques et des hommes d'affaires. 

    En août 2014, la Russie a adopté des contre-mesures sous forme d’embargo alimentaire visant les pays membres de l'Union européenne, ainsi que les Etats-Unis, l'Australie, le Canada et la Norvège. En juin 2015, l'embargo a été prolongé. 

    La Crimée et la ville de Sébastopol ont été rattachées à  la Russie à l'issue d’un référendum tenu en mars 2014. La réunification avec la Russie a été soutenue par 96,77 % des votants en  Crimée et 95,6% des votants à Sébastopol. L'Ukraine et de nombreux pays occidentaux, les Etats-Unis compris, n'ont pas reconnu  ses résultats et ont introduit des sanctions. Moscou affirme de son côté que la procédure de rattachement de la péninsule s'est déroulée conformément au droit international. 


    Lire aussi:

    Il est temps d'admettre que la politique de sanctions a échoué
    Le Quai d'Orsay "prend note" du vote sur l'abolition des sanctions antirusses
    Plusieurs pays de l’UE diront "niet" aux sanctions antirusses en juin
    Tags:
    sanctions antirusses, projet de loi, Congrès des États-Unis, Eliot Engel, pays baltes, Crimée, Ukraine, États-Unis, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik