Ecoutez Radio Sputnik
    Marteau de président

    En Allemagne, les membres de la "police de la charia" traduits en justice

    CC0 / Joe Gratz / Courtroom One Gavel
    International
    URL courte
    24460
    S'abonner

    Huit islamistes radicaux faisant partie du groupe de la "police de la charia" qui patrouillaient dans les rues de la ville allemande de Wuppertal vont être traduits en justice.

    Le tribunal suprême de Düsseldorf a accepté la plainte du parquet et a ouvert un procès judiciaire à l’encontre de huit membres de la "police de la charia". Ainsi, le tribunal suprême a annulé la décision du tribunal de Wuppertal qui avait refusé d'examiner l'affaire, faute d’éléments constitutifs de l'infraction, rapporte le journal allemand Die Welt.

    La "police de la charia" a commencé à effectuer ses patrouilles dans les rues de la ville de Wuppertal en 2014. Les "policiers" autoproclamés exhortaient les habitants de la ville à respecter les normes de la charia et diffusaient des affiches expliquant ses règles principales. Il s'agissait de l'interdiction de consommer de l'alcool, des drogues et de jouer aux jeux de hasard. 

    Le parquet les accuse d’avoir violé l'interdiction du port d'uniforme lors des manifestations ou rassemblements. Cette interdiction, qui est inscrite dans la constitution allemande, a pour but de prévenir toute forme d’activités agressives, à l’image de celles des nazis.

    En décembre 2015, le parquet général allemand a arrêté à Mönchengladbach (ouest de l'Allemagne) un certain Sven Lau, prédicateur islamiste âgé de 35 ans. Il est un des fondateurs de la "police de la charia" de Wuppertal. Il opérait dans la région de Düsseldorf où il était en contact avec des djihadistes allemands du groupe terroriste Etat islamique (EI ou Daech). Il a entre autres été lié au centre de recrutement et d'envoi des terroristes en Syrie.

    Auparavant, le parti allemand d'extrême-droite Die Rechte avait annoncé avoir créé un service d'ordre public en réponse à la "police de la charia", baptisé la Stadtschutz, chargé de patrouiller dans les rues et les transports en commun de la ville de Dortmund.

    Les membres du parti d'extrême-droite avaient alors indiqué qu’ils voulaient insuffler aux Allemands un "sentiment de sécurité".

    Lire aussi:

    Le hidjab interdit en Allemagne ?
    En Allemagne, le parti de Merkel éclaboussé par une vidéo nazie
    En France et en Allemagne, l'image de l’islam se dégrade
    Tags:
    charia, parquet, tribunal, justice, Wuppertal, Allemagne
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik