International
URL courte
3152
S'abonner

La Turquie utilise les accusations d'injures envers le président du pays Recep Tayyip Erdogan pour apeurer et faire taire ceux qui pensent l'inverse, a déclaré le Nobel de littérature turc Orhan Pamuk.

Selon l'écrivain, l'Europe doit attirer l'attention sur la liberté de la parole en Turquie.

"Il ne s'agit pas d'injures envers le président. Tout cela sert à faire taire l'opposition politique, à apeurer le pays et ses habitants pour que personne ne critique le gouvernement", a-t-il déclaré dans une interview à l'agence Reuters, tout en soulignant que "les dirigeants européens doivent parfois évoquer la liberté de la parole en rencontrant leurs collègues turcs".

Les procès pour injure envers Erdogan se sont multipliés depuis son élection à la tête de l'Etat en août 2014.

Auparavant, il a été annoncé qu'environ 2.000 citoyens turcs, dont des femmes, faisaient l'objet de procédures pénales pour offense à l'encontre du président turc.

Les sanctions prononcées pour ce délit se limitent dans la plupart des cas à des peines de prison avec sursis. Cependant, en janvier dernier, une femme a été condamnée à onze mois de prison ferme pour un geste obscène à l'endroit d’Erdogan lors d'une manifestation en mars 2014.

Par ailleurs, il n'est pas nécessaire d'aller jusqu’à offenser le chef d'Etat turc pour se faire arrêter dans ce pays. Toujours en janvier, M.Erdogan a initié des procédures judiciaires contre des chercheurs et académiciens coupables à ses yeux d’avoir signé une pétition demandant l’arrêt de l'opération militaire contre les Kurdes dans le sud-est du pays. Certains d'entre eux ont été arrêtés.

Lire aussi:

Après l'Allemagne, Erdogan s'en prend à la presse des Pays-Bas
Un homme politique allemand poursuivi pour avoir cité un poème anti-Erdogan
Stern: la politique d’Erdogan illustre toute sa lâcheté
Linda Kebbab, policière insultée: «je ne suis pas une indigène, je suis Française!»
Tags:
poursuites, liberté d'expression, censure, justice, Orhan Pamuk, Recep Tayyip Erdogan, Occident, Turquie, Europe
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook