Ecoutez Radio Sputnik
    La Turquie

    Exempter les Turcs de visas européens, une force de chantage pour Ankara?

    © AFP 2019 Adem Altan
    International
    URL courte
    3115
    S'abonner

    La Commission européenne a récemment recommandé d’exempter les citoyens turcs de visas pour voyager dans les pays de l’Union européenne. Une annonce qui a déjà suscité de vives réactions de la part des Européens et des Turcs. Quelles sont les particularités de ce processus politique et quelles en sont les perspectives?

    Uluc Ozülker, ex-représentant de la Turquie auprès de l'Union européenne et ex-ambassadeur turc à Paris, et Can Baydarol, expert sur les relations entre la Turquie et l'Union européenne, manifestent une attitude réservée envers l'avenir du processus de libéralisation du régime des visas européens pour les citoyens turcs, dans des entretiens accordés à Sputnik.

    Selon M.Ozülker, les 72 conditions prononcées par l'Union européenne concernant la libéralisation des visas avec la Turquie avaient déjà été formulées en 2013. Cependant, les autorités turques n'ont pas manifesté d'initiative à ce sujet.

    "Si Ankara avait commencé en 2013 à réaliser peu à peu les conditions annoncées par l'UE, à l'heure actuelle, la plupart des obligations auraient déjà été accomplies. Ainsi, actuellement, le processus est considérablement freiné par la partie turque", explique l'interlocuteur de Sputnik.

    M.Ozülker souligne que l'engagement de la Turquie de réaliser le retour des migrants devrait être considéré en lien direct avec cette idée d'exempter les citoyens turcs de visas européens. Il estime que la Turquie ne procédera vraiment à cette réalisation qu'après l'exemption de visas.

    "Quant au vote au sujet de l'exemption des visas qui se déroulera au Parlement européen, je crois que les parlementaires se heurteront à des différends importants, toutefois l'initiative sur la suppression du régime des visas sera finalement adoptée, peut-être, avec quelques amendements", déclare M.Ozülker.

    M.Baydarol, pour sa part, insiste sur l'importance particulière que la crise migratoire actuelle représente pour l'avenir du processus d'exemption de visas. Il estime que la situation présente des signes de chantage pratiqué par Ankara envers les pays de l'Union européenne.

    "Si l'UE ne donne son feu vert sur la question de libéralisation des visas, la Turquie suspendra la réalisation de l'accord sur le retour des réfugiés. Et cela signifierait pour l'Europe l'impossibilité de régler le flux migratoire qui menace de détruire la zone Schengen", souligne l'interlocuteur de Sputnik.

    Cependant, le processus de libéralisation des visas ne concernera qu'une partie des citoyens turcs, ceux qui veulent effectuer un voyage touristique en Europe, souligne M.Baydarol.

    Lire aussi:

    Opération en Syrie: Ankara agira-t-il sans l'aval de la communauté internationale?
    Genève refuse de retirer la photo face à l'Onu qui irrite Ankara
    Ankara donne à l'UE jusqu'en juin pour abolir les visas
    Ankara pourrait saborder les négociations de Genève à cause des Kurdes
    Tags:
    migrants, visas, réfugiés, Parlement européen, Commission européenne, Union européenne (UE), Turquie, Europe
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik