International
URL courte
13904
S'abonner

A peine la musique terminée, le concert de l'orchestre symphonique russe à Palmyre a généré mille et une interprétations. Peut-il s'agir tout simplement d'art pour l'art? Mais non, que vous êtes naïfs!... Bien-sûr, il existe un stratagème derrière tout ce qui émane de la Russie!

En préparant le concert, l'artiste russe Valeri Guerguiev, qui dirige l'orchestre symphonique du théâtre Mariinsky (Saint-Pétersbourg), n'avait guère pensé à la portée de cet événement prénommé "Prière pour Palmyre. La musique fait revivre la ville antique".

Le concert n'est qu'un message implicite de Vladimir Poutine à l'Occident, n'a pas tardé à conclure le journal allemand Frankfurter Allgemeine Zeitung (FAZ). Et bien-sûr les journalistes ont réussi à décrypter ce message.

La théorie du moindre mal

Que reste-t-il de la Palmyre antique?
© Sputnik . Mikhail Voskresenskiy

Etes-vous curieux? Donc voilà, en réalité, le numéro un russe souhaitait endormir la vigilance de l'Occident et le persuader que la Russie était un moindre mal par rapport à Daech. C'est pour ça qu'elle a recouru à ses violonistes méchants, c'est pour ça qu'elle a aidé l'armée syrienne à libérer Palmyre…

Mais combien d'efforts pour décrocher le statut de "moindre mal"! N'est-il pas plus simple de conclure que la Russie l'est réellement? Peut-être, mais l'Occident n'aime pas les solutions faciles…

Oui à la corruption!

Cependant, FAZ ne s'est pas borné à une seule conclusion. Les journalistes allemands ont remarqué parmi les violoncellistes dans le premier rang de l'orchestre Sergueï Roldouguine, ami de M. Poutine qui figure dans les Panama Papers. Bien qu'on ne dispose pas d'informations fiables sur les entités offshores de M. Roldouguine, FAZ conclut tout de même que sa présence au concert n'est pas anodine.

De cette manière, Vladimir Poutine rend légale la corruption, et sur fond de ce qui se trame en Syrie, son geste se formule en un appel: "Fermez les yeux sur la corruption, et on pourra vaincre Daech ensemble!" Bonne imagination, journalistes de FAZ, on peut vraiment vous l'envier!

Parler des goûts et des couleurs

De plus, le concert a suscité une vive polémique de goûts. Le secrétaire d'Etat britannique aux Affaires étrangères Philip Hammond l'a qualifié de "tentative vulgaire de distraire l'attention des souffrances incessantes de millions de Syriens".

"C'est un exemple flagrant qui démontre de quelles bassesses est capable un régime politique", a-t-il déclaré.

Ce qui est bien triste, a riposté le ministère russe des Affaires étrangères.

"Concernant M. Hammond, il bien-sûr triste qu'il n'ait pas aimé le concert. Nous avons fait des pieds et des mains pour que ça lui plaise, nous avons fait de notre mieux", a fait remarquer la porte-parole de la diplomatie russe Maria Zakharova.

La reconnaissance générale

Une autre version dit que la Russie vaniteuse est toujours en quête de la reconnaissance générale et est prête à appliquer tous les moyens pour parvenir à ses buts. Selon le New York Times, Moscou a organisé le concert pour accentuer son propre rôle dans la libération de la ville antique.

Entre-temps, le contrôle de Palmyre par les djihadistes ainsi que la destruction des sites historiques ne sont qu'une "brève occupation" qui a contribué à la reconnaissance mondiale de la Russie après la libération, ajoute Deutsche Welle.

On est donc libre de choisir l'interprétation qui nous plaît le plus, vu qu'il y en a tant. Mais contemplez maintenant ce funeste concert, fruit du génie diabolique de M. Poutine. Ecoutez ces mélodies: tant d'idées cachées, tant de ruse, c'est le mal absolu!

Lire aussi:

Sauve qui peut! Ce Poutine en cire voit tout et fait trembler
"Homme de pouvoir Poutine", ou la propagande pétard mouillé allemande
Staline-Poutine, ou la manipulation des téléspectateurs par France 2
Poutine et Machiavel sont-ils proches? Demandons à CNN!
Tags:
The New York Times, interprétation, orchestre, concert, médias, corruption, Frankfurter Allgemeine Zeitung, Deutsche Welle, Maria Zakharova, Philip Hammond, Vladimir Poutine, Palmyre, Occident, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook