International
URL courte
40530
S'abonner

Quand le président du Parlement européen évoque le présent et l’avenir de l'Europe unie, il ne fait pas dans la langue de bois. Le constat d’échec est amer.

L’UE a toujours été un projet de la CIA
© AP Photo / Kirsty Wigglesworth
L’Europe est une promesse qui n’a pas été tenue et plusieurs générations se retrouvent contraintes à faire des sacrifices pour "sauver des banques", a déclaré le président du Parlement européen Martin Schulz lors d’un débat sur l’avenir de l’Europe organisé à Rome.

D'après l’homme politique cité par l’AFP, il s'agit de promesses faites "tous les jours pour davantage d’emplois, de services, de croissance". Par conséquent, plusieurs générations d’Européens réalisent des sacrifices dans l’attente de cette promesse, au moins pour leurs enfants.

Par ailleurs, selon lui, rien ne change avec le temps, les dirigeants européens continuant à demander plus de sacrifices, tout en offrant moins de services et en introduisant plus d’impôts, estime M. Schulz.

En attendant que les promesses soient tenues, les Européens commencent à éprouver "un sentiment d’injustice", car "ce n’est pas l’Europe qu’ils voulaient voir", a-t-il martelé.   

Le président du Parlement européen n'était pas le seul dirigent à s'exprimer dans ce sens. Selon le président du Conseil européen Donald Tusk, considérer l'Europe comme un projet d’union avec un seul Etat, une seule nation, est non seulement "complètement irréaliste", mais aussi dévastateur pour son avenir.

"Le rêve d’un seul Etat européen, d’une seule nation européenne est une illusion. Nous devons accepter de vivre dans une Europe avec différentes monnaies, avec différentes forces politiques, et la pire chose est de prétendre de ne pas le savoir", a-t-il souligné. 

Toujours d'après M. Schulz, les intérêts de l’Europe unie ne prévalent plus à l'ordre du jour des réunions européennes. "Maintenant, ils viennent à Bruxelles et donnent une conférence de presse pour dire: j’ai défendu nos intérêts nationaux", avoue M. Schulz.

Lire aussi:

Migrants: l'UE va débloquer un milliard d'euros pour la Turquie
Juncker: l'UE s'immisce trop dans la vie privée
Pourquoi la politique de l'UE est imperméable aux référendums
Sortir de l'UE "coûterait 6.000 dollars par an aux familles britanniques"
Tags:
promesses, Union européenne (UE), Europe, France
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook