International
URL courte
187
S'abonner

Le gouvernement kenyan a rendu publique sa décision de fermer tous les camps de réfugiés du pays, en particulier, le complexe géant Dadaab hébergeant près de 300.000 personnes.

L'intention du gouvernement est annoncée par Karanja Kibicho, représentant du ministère kenyan de l'Intérieur. Une fois cette décision appliquée, près de 600.000 personnes seront laissées dans les rues, indique la chaîne américaine CNN. La plupart de ces migrants sont arrivés de Somalie qui est en proie à une guerre civile.

Les autorités kenyanes soulignent que leur décision a été prise car la présence des réfugiés dans le pays devient un grave problème économique. Par ailleurs, selon la déclaration de M.Kibicho, les camps de réfugiés renforcent la menace terroriste dans le pays.

Selon le représentant du ministère kenyan, cité par la chaîne CNN, le pays en est arrivé à cette décision en prenant en compte la sécurité nationale. Le gouvernement kenyan a appelé la communauté internationale à s'engager dans une responsabilité collective afin de suivre les besoins de centaines de milliers de personnes qui seront touchées par la fermeture des camps.

Les autorités du pays avaient déjà annoncé la fermeture de Dadaab en 2015, mais à l'époque cela n'était qu'une déclaration. Actuellement, elles partent en guerre contre ce camp de réfugiés dont la population est comparable à celle d'Helsinki ou de Wellington. Les autorités ont déjà dissout le département pour la migration. Cependant, le jour exact où les réfugiés devront quitter les camps n'est pas encore fixé.

Lire aussi:

Les migrants continuent de traverser en masse la Méditerranée
Kenya: 105 tonnes d’ivoire partiront en fumée
Les villes du XXIe siècle: bâtiments sans habitants, habitants sans bâtiments?
Une bombe à bord d'un avion d'Air France au Kenya
Tags:
camp de migrants, réfugiés, migrants, Somalie, Kenya
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook