International
URL courte
5411
S'abonner

Le créateur d’origine ukrainienne du système bancaire anonyme Liberty Reserve, Arthur Budovsky, a été condamné aux États-Unis à 20 ans de prison.

En janvier 2016, trois jours avant le début de son procès à New York, M. Budovsky âgé de 42 ans, a plaidé coupable de blanchiment d'argent via Internet. Ainsi il a négocié avec l’Etat américain pour plafonner sa peine à 20 ans.

L’Etat lui a, par ailleurs, confisqué 122 millions de dollars et M. Budovsky a reçu l'ordre de payer une amende de 500.000 dollars pour complot visant à aider des criminels, des trafiquants de drogue, des voleurs d'identité et des producteurs de pornographie juvénile à blanchir leur argent sale partout dans le monde.

"Cette lourde peine montre que le blanchiment d'argent en utilisant une monnaie virtuelle reste toujours du blanchiment d'argent et un crime commis sur Internet est toujours un crime," a déclaré la procureure générale adjoint des États-Unis, chef du département criminel du ministère de la Justice Leslie Caldwell.

"Le fondateur de Liberty Reserve, Arthur Budovsky, a créé un empire de la monnaie électronique pour faciliter expressément le blanchiment d'argent à grande échelle pour les criminels du monde entier", a estimé l’avocat du district sud de New York, Preet Bharara.

En 2011 M. Budovsky avait renoncé à la citoyenneté américaine et avait reçu un passeport du Costa Rica. En mai 2013, le bureau du procureur à New York l'avait accusé d'avoir participé à un stratagème frauduleux pour blanchir six milliards de dollars, ce même mois, il avait été arrêté à Madrid.

Le système bancaire fantôme Liberty Reserve a été rendu populaire en août 2007 en tant qu’instrument de paiement pour des programmes d'investissement très risqués. Selon les procureurs, au moment de sa fermeture, le nombre de ses clients à travers le monde s’élevait à plus d'un million de personnes, dont 200.000 seulement aux États-Unis. Pendant la durée de son existence, Liberty Reserve a été un havre pour 78 millions de transactions illégales d'une valeur d'environ huit milliards de dollars.


Lire aussi:

Le fils de Joe Biden éclaboussé par une affaire de blanchiment en Ukraine
Le Pentagone va dépenser 35 milliards USD en cybersécurité
La France dans le top 10 des pays à la cybercriminalité la plus active
La Russie occupe la première place mondiale pour la cybercriminalité
Tags:
cryptomonnaie, cybercriminalité, trafic, condamnation, crimes, criminalité, Internet, banques, Liberty Reserve, Costa Rica, New York, Ukraine, États-Unis
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook