Ecoutez Radio Sputnik
    Brexit

    Pourquoi le Brexit ouvrira la voie au terrorisme

    © Flickr/ Descrier
    International
    URL courte
    Le Royaume-Uni en attente du référendum sur le Brexit (2015) (77)
    16768

    L'ancien chef du Service de sécurité MI5 britannique Jonathan Evans et l'ex-chef du Secret Intelligence Service MI6 britannique John Sawers ont averti qu'une sortie potentielle du Royaume-Uni de l'Union européenne saperait les efforts de protection du pays contre le terrorisme.

    Les eurosceptiques affirment que l'UE a érodé la souveraineté nationale du Royaume-Uni, tandis que leurs opposants font valoir que la sortie du bloc des 28 pourrait affecter tout, allant de l'économie à la sécurité nationale.

    "Les conditions dans lesquelles nous échangeons des données avec d'autres pays européens sont fixées par l'accord au sein de l'Union européenne… Un accord conclu sans nous serait probablement trop restrictif pour nos besoins… Cela pourrait saper notre capacité à nous protéger", ont écrit dans un éditorial conjoint dans The Sunday Times l'ancien chef du MI6 John Sawers et l'ex-chef du MI5 Jonathan Evans.

    Ils ont fait remarquer que le Royaume-Uni effectuait l'échange de données en tant que membre de l'UE et qu'il bénéficiait ainsi des flux d'informations. MM. Sawers et Evans ont en outre averti que l'échange de renseignements dans le cas du Brexit serait diminué parce que Bruxelles limiterait les pouvoirs de surveillance utilisés par les services de sécurité.

    Toutefois, leur argument en faveur des partisans du maintien dans l'UE contredit les affirmations de l'autre ancien chef du MI6 Richard Dearlove, qui avait déclaré en mars dernier que la sécurité britannique pourrait être améliorée grâce au Brexit parce qu'il faciliterait les procédures d'expulsion et améliorerait les contrôles aux frontières.

    Quant au premier ministre britannique David Cameron, il a indiqué la semaine dernière qu'un Brexit entraînerait "des décennies d'incertitude" pour le pays, en notant que Londres aurait à signer de nouveaux accords commerciaux avec 27 Etats membres de l'UE.

    Les eurosceptiques devancent les partisans du maintien du Royaume-Uni dans l'Union européenne de 3%, selon un sondage ICM Research. Commandée à dix semaines du prochain référendum sur l'appartenance du Royaume-Uni à l'Union européenne, l'enquête fait apparaître que 43% des Britanniques prônent le maintien dans l'EU contre 46% en faveur du Brexit et 11% d'indécis.

    La décision concernant l'appartenance du Royaume-Uni à l'Union européenne doit être prise à l'issue d'un référendum qui se tiendra le 23 juin 2016.

    Dossier:
    Le Royaume-Uni en attente du référendum sur le Brexit (2015) (77)

    Lire aussi:

    L’UE a toujours été un projet de la CIA
    Barack Obama, le Brexit, et l’influence des Etats-Unis sur l’Union européenne
    Nulle part sans les USA: Obama menace Londres en cas de Brexit
    Après le Brexit, un référendum sur le monarchxit?
    La nationalité française, "plan B" pour les Britanniques opposés au Brexit
    L'Ecosse organisera un référendum sur l'indépendance en cas de Brexit
    Tags:
    sécurité, terrorisme, MI6, MI5, Union européenne (UE), Royaume-Uni
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik