International
URL courte
27296
S'abonner

Le prochain président américain doit se mettre à la table des négociations avec la Russie, estime Chuck Hagel, ancien secrétaire à la Défense sous l'administration Obama.

L'ex-chef du Pentagone a appelé le prochain président des Etats-Unis à établir un dialogue direct avec le dirigeant russe Vladimir Poutine.

"L'une des premières tâches pour le futur président sera, je pense, de se mettre à la table des négociations avec Vladimir Poutine", a indiqué M. Hagel lors d'une réunion du Conseil atlantique à Washington.

"Un grave préjudice sera porté à nos intérêts ainsi qu'aux intérêts mondiaux tant que les deux leaders ne mèneront pas le dialogue", a-t-il ajouté. La guerre indirecte se poursuivra au Proche-Orient et en Syrie, dont les conséquences sont encore imprévisibles, avertit l'homme politique.

Les chefs d'Etat doivent comprendre "ce que chacun d'eux doit faire afin de tout remettre en ordre", estime l'ancien chef du Pentagone.

Cependant, il n'a pas adressé son appel à un candidat concret. Il ne reste en attendant que deux candidats réels au poste de président américain: le républicain Donald Trump et la démocrate Hillary Clinton.

Donald Trump avait plusieurs fois déclaré qu'il aurait de bonnes relations avec le président Poutine et la Russie s'il était élu.

Hillary Clinton n'éprouve pas de sympathie particulière pour la Russie. Cependant, elle a admis la possibilité d'un "redémarrage" des relations avec Moscou, sans pour autant oublier de souligner qu'elle s'opposerait toujours à la politique russe en Ukraine et au Proche-Orient, tout en impliquant dans cette lutte les Etats européens.

Lire aussi:

Chiffre porte-bonheur: la 13e rencontre Poutine-Abe ruine la politique d'isolation US
Joe Biden et Matteo Renzi veulent préserver les sanctions antirusses
Quand un fidèle allié de Washington cherche à le tromper avec Moscou
L'Europe opte pour une alliance avec la Russie
Tags:
Chuck Hagel, Vladimir Poutine, États-Unis, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook