International
URL courte
19234
S'abonner

Si la Commission européenne affirme refuser d'accorder le statut d'économie de marché à la Chine pour des raisons économiques, certains analystes mentionnent des motifs purement politiques.

La Commission européenne a jugé mardi lors d'un débat au Parlement européen qu'octroyer le statut d'économie de marché à la Chine serait un choix "intenable" dans la situation actuelle.

Cette option "impliquerait un coût énorme en termes de pertes d'emplois dans l'Union européenne", car face aux "distorsions" dans l'économie chinoise, l'UE "ne serait plus capable d'accorder la protection nécessaire face aux pratiques commerciales déloyales", a déclaré le commissaire européen Vytenis Andriukaitis.

Les craintes des Européens ne sont pas dépourvues de sens, mais les motifs politiques semblent les plus forts car ils proviennent de la volonté de l'UE et surtout des Etats-Unis de contenir le développement de la Chine et ainsi freiner sa progression dans l'économie internationale, estime Mikhail Belyaev dans une interview accordée à Sputnik.

"Nous voyons les succès de la Chine sur l'échiquier international. Elle renforce sa position dans les institutions financières internationales. Ainsi, le yuan chinois est reconnu monnaie de réserve par le FMI. Pour freiner la Chine, ses concurrents l'accusent de dumping en faveur de ses entreprises. C'est le cas, lorsque l'économie est une fois de plus utilisée par les concurrents de la Chine pour répondre à leurs enjeux de politique générale".

Néanmoins, malgré tous les efforts des Européens, la Chine ne semble pas pour autant chagrinée par la décision qui a toutes les chances d'être prise.

"Je ne comprends pas vraiment l'importance de la nécessité de reconnaître le statut d'économie de marché pour la Chine. Ce statut ne s'acquiert que par le pays lui-même," indique l'analyste chinois Chen Fengying à Sputnik

A son entrée dans l'Organisation mondiale du commerce (OMC) en 2001, la Chine avait été enregistrée comme une économie non marchande, avec la promesse d'un réexamen de son statut 15 ans plus tard, en 2016.

L'exécutif européen aimerait prendre une décision cet été sur le statut de la Chine. Le changement pourrait déboucher sur une forte baisse des droits de douane, ce qui inquiète de nombreux industriels européens, qui accusent la Chine de vendre à perte, notamment dans le secteur de l'acier.

Une option alternative consisterait à n'octroyer qu'un changement de statut partiel, avec des exceptions pour des secteurs particulièrement menacés, une stratégie adoptée par les Etats-Unis. 

Lire aussi:

La Chine, premier importateur mondial de pétrole en 2016?
Pékin promet des "mesures décisives" en cas de ralentissement de la croissance
Des médecins avouent avoir vacciné des moins de 55 ans à l’AstraZeneca malgré une recommandation contraire
Sofagate: Charles Michel s’est repassé «150 fois le film» et «ne dort pas bien»
Tags:
économie de marché, Europe, Chine, États-Unis
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook