International
URL courte
9240
S'abonner

Le Parlement européen a refusé de nouvelles discussions sur l'exemption de visas pour les citoyens turcs. Tout d'abord, Ankara doit respecter les 72 critères fixés par l'UE.

Pour Nicolas Bay, député européen du Front National contacté par l'agence Sputnik, il est "évident que les conditions ne sont absolument pas remplies pour qu'on puisse laisser les Turcs entrer massivement dans l'espace de l'Union européenne".

"D'autant plus qu'on voit que la Turquie a utilisé la crise migratoire pour faire un véritable chantage, pousser vers l'adhésion de la Turquie à l'UE, et a demandé des milliards d'euros en échange d'un contrôle très limité des flux migratoires vers l'Union européenne parce qu'en réalité ces flux migratoires se poursuivent", explique l'interlocuteur de l'agence.

​Selon lui, l'UE semble ne pas "défendre réellement les intérêts des nations européennes".

"Au final, on cède systématiquement aux exigences de la Turquie, mais il est certain que la Turquie a fait preuve d'une très grande mansuétude à l'égard des factions islamistes, y compris de Daech notamment puisqu'ils ont vu peut-être certaines factions islamistes comme un allié objectif notamment contre les Kurdes", indique M.Bay.

Il est certain que les intérêts de l'Union européenne "ne sont pas ceux de la Turquie", souligne l'eurodéputé.

"On voit bien qu'en matière de flux migratoire, la Turquie a non seulement laissé passer ses flux et les a même sans doute encouragés, et aujourd'hui en échange d'une limitation très faible de ces flux migratoires elle exige énormément de la part de l'Union européenne", indique-t-il.

Le président turc Recep Tayyip Erdogan a menacé à plusieurs reprises de rompre l'accord avec l'UE sur les réfugiés. Le régime d'exemption de visas entre l'UE et la Turquie ne devrait pas voir le jour avant début juillet. Mais pour cela, la Commission européenne doit d'abord vérifier que les 72 critères sont respectés.

La plus importante exigence de l'UE consiste à modifier la loi antiterroriste. En Turquie, en effet, elle est également utilisée afin de réprimer les minorités, les membres de l'opposition et les journalistes. Cependant, M.Erdogan a récemment souligné qu'il n'était en aucun cas prêt à changer la loi en question.

Lire aussi:

Exempter les Turcs de visas européens, une force de chantage pour Ankara?
La Commission européenne recommande d'exempter les Turcs de visas
La Turquie prête à supprimer les visas pour les Européens
L'UE annulera les visas pour les Turcs "en se pinçant le nez"
Tags:
régime sans visas, relations, crise migratoire, lutte antiterroriste, opposition, terrorisme, Kurdes, Parlement européen, Front national (FN), Commission européenne, Union européenne (UE), Etat islamique, Nicolas Bay, Recep Tayyip Erdogan, Turquie, Europe
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook