Ecoutez Radio Sputnik
    Jan Böhmermann

    Haut et fort: un poème insultant Erdogan lu au parlement allemand

    © Wikipedia / Thomas Richter
    International
    URL courte
    Affaire Böhmermann (28)
    25261

    Le scandale continue: un député allemand a lu jeudi devant ses collègues le poème satirique à scandale traitant le président turc de pédophile et de zoophile.

    Detlef Seif, député de l'Union chrétienne-démocrate d'Allemagne (CDU), parti conservateur d'Angela Merkel, a lu à haute voix le poème qui a récemment fait scandale et suscité la rage des autorités turques. Le texte de l'humoriste Jan Böhmermann décrit le dirigeant turc comme un pédophile et un zoophile.

    Son intervention a été diffusée à la télévision.

    Le parlementaire souhaitait en réalité dénoncer le contenu du texte et soutenir ainsi la décision d'Angela Merkel, qui avait autorisé les poursuites réclamées par la partie turque, mais le geste lui a valu le mécontentement de ses camarades de parti.

    A la demande de M. Erdogan, la chancelière allemande a autorisé une procédure judiciaire qui pourrait déboucher sur des poursuites pour insultes à un dirigeant étranger à l'encontre de M. Böhmermann. L'incident intervient au moment où Mme Merkel a besoin de l'aide d'Ankara pour freiner le flux de migrants venant en Allemagne.

    En réponse à la lecture de son poème au parlement, le satiriste a réclamé à son tour la levée de l'immunité parlementaire du député CDU Detlef Seif pour avoir insulté un dignitaire étranger, infraction figurant dans l'article 103 du code pénal.

    Dossier:
    Affaire Böhmermann (28)

    Lire aussi:

    Après l'Allemagne, Erdogan s'en prend à la presse des Pays-Bas
    Après le burger "Erdogan", le gâteau "Böhmermann" !
    Erdogan lance un recours en justice contre un patron de presse allemand
    Un homme politique allemand poursuivi pour avoir cité un poème anti-Erdogan
    Tags:
    scandale, Bundestag, Detlef Seif, Jan Böhmermann, Recep Tayyip Erdogan, Allemagne
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik