International
URL courte
99551
S'abonner

Les députés de la Rada suprême (le parlement ukrainien) se sont battus en raison de l'intervention du député du parti Bloc d'opposition Alexandre Vilkoul en russe.

La bagarre a été provoquée par le député du parti Front du peuple Iouri Timochenko qui a essayé de faire tomber son collègue de la tribune. 

La première vice-présidente du parlement a dû fermer la session, ce qui a indigné certains députés dans la salle.

En février à Odessa (sud de l'Ukraine), une bagarre avait déjà eu lieu lors de la pose du monument dédié aux victimes des affrontements de 2013-2014, à cause de l'intervention du chef du Conseil régional d'Odessa en russe.

En 2014, la Rada a annulé la loi qui permettait d'utiliser des langues régionales dans les documents officiels sur les territoires où plus de 10% de la population ne considéraient pas l'ukrainien comme leur langue maternelle. 

Ce n'est pas la première fois que la Rada suprême est le théâtre d'affrontements. En décembre 2015, une bagarre a été provoquée par le député Oleg Barna, qui a "enlevé" Arseni Iatseniouk de la tribune alors qu'il était premier ministre. Se prononçant dans la Rada suprême à l'occasion du rapport annuel du gouvernement ukrainien, Arseni Iatseniouk avait déclaré qu'il était prêt à démissionner si la majorité du parlement votait pour.

Cette déclaration avait provoqué une vive réaction des ministres. Oleg Barna, député du parti "Bloc Piotr Porochenko" s'était approché à pas de loup du premier ministre afin de lui offrir un bouquet de roses, après quoi, il avait saisi Arseni Iatseniouk par l'entrejambe, avant de le soulever et d'essayer de l'arracher de sa tribune. Alors que les partisans du premier ministre défendaient leur leader en jouant des poings, M.Iatseniouk était resté imperturbable.

Lire aussi:

"L'Ukraine de Porochenko réécrit son histoire"
Ukraine: le Quartet Normandie se réunit à Berlin le 11 mai
En Ukraine, Lénine alimente le marché noir
Tags:
bagarre, parlementaires, scandale, Rada suprême, Alexandre Vilkoul, Iouri Timochenko, Ukraine
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook