International
URL courte
9528
S'abonner

Pour les analystes du renseignement américain, tout porte à croire que le président du Venezuela Nicolas Maduro sera destitué avant l'expiration de son mandat en 2019 par les membres de son propre parti.

"Selon eux, le scénario le plus probable est une "révolution de palais", notamment un vote sur la destitution organisé l'année prochaine et soutenu par les socialistes qui reprochent à Maduro de détruire le patrimoine d'Hugo Chavez (ancien président du Venezuela) en matière de lutte contre la pauvreté", écrit l'agence Associated Press se référant à des analystes anonymes. 

Selon le renseignement américain, les autorités vénézuéliennes tentent de retarder le vote en faisant traîner en longueur la vérification des signatures d'environ deux millions de Vénézuéliens favorables au départ de Nicolas Maduro. Pour organiser une nouvelle élection présidentielle, le vote sur la destitution doit avoir lieu cette année, sans quoi les fonctions du président écarté seront assumées par le vice-président. 

Selon l'AP, les positions de M.Maduro pourraient être renforcées soit grâce à une hausse du prix du pétrole (principal article d'exportation), soit grâce à de nouveaux emprunts auprès du principal créancier du pays, la Chine. 

Vendredi, Nicolas Maduro a promis d'adopter de nouvelles mesures afin d'empêcher un "coup d'Etat oligarchique". 

Au Venezuela, le conflit entre partisans et adversaires du président en exercice s'est exacerbé ces derniers temps, surtout après l'entrée en fonction d'un nouveau parlement contrôlé par l'opposition dont les représentants ne cachent pas leur intention d'obtenir le départ anticipé du président Maduro. 

Pour l'heure, les autorités électorales vérifient chacune de 1,85 million de signatures collectées en faveur du référendum révocatoire contre Nicolas Maduro, le minimum requis étant de 200.000 signatures. Le président a déclaré qu'il autoriserait la tenue d'un référendum sur sa destitution si toutes les signatures sont reconnues valables. 

En vertu de la Constitution, des élections présidentielles anticipées auront lieu si l'opposition parvient à organiser et à remporter le référendum en 2016. Si le processus traîne jusqu'à l'année prochaine, Nicolas Maduro sera remplacé par le vice-président Aristobulo Isturiz jusqu'à l'expiration de son mandat en 2019. 


Lire aussi:

Venezuela: Maduro décrète l'état d'urgence économique
Le Venezuela décrète le vendredi congé pour économiser de l'énergie
Le Venezuela appelle l’OPEP à stabiliser les cours du pétrole
Alexandre Benalla hospitalisé à Paris
Tags:
référendum, élection présidentielle, destitution, Aristobulo Isturiz, Nicolas Maduro, Chine, Venezuela
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook