International
URL courte
6361
S'abonner

Le Pentagone fait peur aux Américains avec le prétexte d'un danger émanant de la Russie et appelle à dépenser plus d'argent pour les forces armées, cependant, cette volonté est plutôt dictée par des intérêts commerciaux.

Le mois dernier, les autorités militaires ont mis en garde le Sénat contre un avenir sombre des forces armées américaines dans le cas d'une confrontation avec la Russie, en soulignant que si le budget militaire et les effectifs de l'armée n'étaient pas augmentés, les forces américaines risqueraient d'être dépassées par les forces russes, note le journal Politico.

Ce point de vue est populaire parmi les officiers supérieurs de l'armée, qui affirment se soucier du fait que de nouvelles réductions du budget militaire américain pourraient affaiblir l'aptitude des forces armées ainsi qu'empêcher leur modernisation. C'est dans ce cas que les militaires utilisent la menace russe comme argument.

Toutefois, en réalité, il ne s'agit pas de sécurité nationale mais plutôt d'un désir d'obtenir plus de financements.

"L'armée a besoin d'un but, et d'une plus grande partie du budget (de l'Etat fédéral, ndlr). Et la meilleure façon d'y parvenir est de dessiner une image montrant les Russes en mesure de débarquer dans notre dos et sur nos deux flancs en même temps. Quelle foutaise", a indiqué un officier supérieur du Pentagone, cité par Politico.

En dépit de l'absurdité des débats sur l'agression russe, ils sont peu susceptibles de se calmer dans un avenir proche, faisant l'objet de débats pour l'élection présidentielle, quand les électeurs "voient un terroriste à chaque coin et des soldats russes sur chaque flanc", conclut le journal.

Auparavant, le chef du Pentagone Ashton Carter avait placé la Russie en première position parmi les "menaces globales" pour les Etats-Unis, alors que le chef d'Etat-major des armées des Etats-Unis Joseph Dunford avait lancé la notion de "menace existentielle" reprise par des hommes politiques et des militaires dans leurs propos sur la Russie.

Le nouveau Commandant suprême des forces alliées en Europe, le général américain Curtis Scaparrotti a appelé les membres de l'alliance à être prêts à faire face aux menaces de la "Russie renaissante".

De son côté, le Kremlin a à plusieurs reprises souligné que la Russie ne cherchait pas à fomenter une confrontation, mais qu'elle était prête à apporter une riposte appropriée aux actions de l'Occident.

Lire aussi:

L’Otan multiplie les dépenses par quatre pour muscler son flanc Est
Haut représentant de l’Otan: "Poutine a créé une armée forte"
Obama défend les investissements militaires en Europe pour contrer la "menace russe"
Poutine: la Russie ne menace personne
Tags:
agression russe, menaces, Pentagone, OTAN, Ashton Carter, Curtis Scaparrotti, Russie, États-Unis
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook