Ecoutez Radio Sputnik
    Brexit

    Brexit: pas d’impact sur les relations Londres-Washington, promet Trump

    © AFP 2019 EMMANUEL DUNAND
    International
    URL courte
    Le Royaume-Uni en attente du référendum sur le Brexit (2015) (77)
    6380
    S'abonner

    Une fois élu président, le milliardaire ne suivra pas la ligne préconisée par Barack Obama qui a menacé les Britanniques de les reléguer au second plan s'ils quittent l'UE.

    L'éventuelle sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne n'influencera pas les relations entre Washington et Londres dans l'éventualité où Donald Trump serait élu président, a déclaré le candidat à la présidentielle américaine dans une interview à la chaîne britannique ITV, annonce Reuters. 

    "Je vais traiter tout le monde équitablement, pour moi il n'y aura aucune différence s'ils font partie de l'UE ou pas", a martelé M.Trump dans une interview avec Piers Morgan qui sera diffusée en intégralité lundi prochain.

    "Je peux vous dire que vous ne serez certainement pas au bout de la file d'attente", a conclu le milliardaire en s'adressant aux Britanniques.

    Le président américain Barack Obama, lors de sa visite à Londres en avril dernier, a déclaré que si les Britanniques choisissent au cours du référendum de sortir de l'Union européenne  ils seront mis "au bout de la file d'attente sur les accords commerciaux" avec les Etats-Unis. 

    Selon les sondages, entre 40 et 46% des Britanniques veulent que leur pays quitte l'UE. Le référendum national sur le statut du Royaume se tiendra le 23 juin prochain.


    Dossier:
    Le Royaume-Uni en attente du référendum sur le Brexit (2015) (77)

    Lire aussi:

    Cameron: un Brexit menacerait la paix en Europe
    Pourquoi le Brexit ouvrira la voie au terrorisme
    La Banque d'Angleterre se prépare au Brexit
    Barack Obama, le Brexit, et l’influence des Etats-Unis sur l’Union européenne
    Tags:
    référendum, Union européenne (UE), Donald Trump, Royaume-Uni, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik