International
URL courte
5961
S'abonner

Pour la première fois depuis la fin de la guerre froide, Berlin va enrôler des soldats supplémentaires dans son armée. L'ère du désarmement en Allemagne semble être terminée.

La ministre allemande de la Défense Ursula von der Leyen
© AP Photo / John MacDougall, Pool
Selon le journal autrichien Die Presse, pour la première fois depuis la fin de la guerre froide, le nombre des personnels dans l'armée allemande augmentera d'environ 14.300 militaires et 4.400 d'employés civils d'ici à 2023.

Mardi, la ministre allemande de la Défense Ursula von der Leyen a aboli publiquement la limite des 185.000 soldats introduite en 2011.

"Aujourd'hui, c'est nécessaire", a-t-elle indiqué.

Mais nécessaire pour quoi? Essayons de le découvrir.

Depuis la réunification allemande en 1990, le nombre de soldats de la Bundeswehr est passé de 585.000 à 185.000 personnes. Cette forte réduction des forces armées a été accélérée par la crise financière et par les prescriptions ultérieures d'austérité, ainsi que par l'esprit "pacifique" de l'époque, note le journal.

En 2011, Berlin a annulé le service militaire qui a conduit à une réduction significative des effectifs. En outre, une limite supérieure de 185.000 soldats a été introduite et, par conséquent, 177.000 soldats ont servi dans la Bundeswehr au cours des deux dernières années.

Les premiers changements sont devenus évidents en 2014, lorsque Mme von der Leyen a appelé l'Europe à partager le fardeau au sein de l'Otan avec les Etats-Unis qui avaient toujours couvert une grande partie des coûts de l'alliance.

Selon différentes données, Berlin est susceptible de déployer ses troupes en tant que composante du bataillon de l'Otan en Lituanie. Maintenant, tout s'éclaircit sur la nécessité de renforcer les forces armées, selon la ministre allemande de la Défense: la mission du bataillon visera à endiguer la Russie et à prévenir l'"agression russe" contre les pays baltes.

Lire aussi:

L'Allemagne a acheté des missiles inutiles
La Bundeswehr convaincue de prodigalité aux dépens des contribuables
Paris achète les fusils dont les Allemands ne veulent plus
Otan: cinq armes pour "contenir" la Russie
Tags:
renforcement, armée, Bundeswehr (armée allemande), OTAN, Ursula von der Leyen, Russie, États-Unis, Allemagne
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook