International
URL courte
229
S'abonner

Les manifestants ont protesté contre la rétrocession par le gouvernement de deux îles de la mer Rouge à l'Arabie saoudite.

En Egypte, 152 personnes ont été condamnées à des peines d'emprisonnement de deux ou cinq ans pour avoir participé à des manifestations non-autorisées contre le pouvoir qui se sont déroulées au Caire le 25 avril dernier.

101 personnes ont été condamnées à cinq années de prison et 51 autres à deux ans pour "manifestations sans autorisation" et "attroupements", ont indiqué à l'AFP des responsables du parquet, du tribunal et des avocats de la défense.

Ils avaient été arrêtés au cours ou en marge de petites manifestations à l'appel de mouvements d'opposition laïcs et libéraux, qui entendaient protester notamment contre la rétrocession par le gouvernement de deux îles de la mer Rouge à l'Arabie saoudite, Tiran et Sanafir, un prétexte pour manifester contre la dégradation du pouvoir d'achat, selon les experts.

Depuis un décret présidentiel devenu loi à l'automne 2013, toute manifestation ou rassemblement qui n'a pas été expressément autorisé par le ministère de l'Intérieur est illégal en Egypte, pays en proie à des attaques de groupes islamistes armés.

La plupart des condamnés sont âgés de 20 à 25 ans, ont assuré à l'AFP plusieurs de leurs avocats, qui feront appel de ces jugements. Selon eux, nombre de condamnés ont été arrêtés sans discrimination dans la rue ou dans des cafés alors qu'ils ne participaient à aucune manifestation.

Ces protestations avaient été rapidement dispersées à coups de grenades lacrymogènes.

Deux îles de la mer Rouge, Tiran et Sanafir, ont été remises à l'Arabie saoudite en vertu d'un accord de délimitation de la frontière maritime.

L'Egypte et l'Arabie saoudite se contestaient ces îles depuis plusieurs décennies. Les négociations sur la délimitation de la frontière ont duré six ans, onze réunions de la commission ad hoc ont été organisées durant cette période.

Par ailleurs, ce renoncement quasi volontaire de l'Egypte à des îles importantes situées dans une région stratégique à l'extrémité du golfe d'Aqaba, qui donne sur la mer Rouge, a déjà soulevé une vague de critiques dans le pays.


Lire aussi:

La police égyptienne s'attaque au syndicat des journalistes du pays
La réclusion à perpétuité pour un enfant de 4 ans en Egypte
Egypte: un étudiant écope de 3 ans de prison pour "offense aux hommes d'Etat"
Un premier Français meurt du coronavirus à Paris
Tags:
manifestation, île de Sanafir, île de Tiran, Le Caire, Arabie Saoudite, Egypte
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook