International
URL courte
Eurovision 2017 (57)
1218104
S'abonner

Les artistes russes inscrits sur ladite "liste noire" ne pourront pas participer à la 62e édition du concours Eurovision de la chanson qu'accueillera l'Ukraine en 2017, a déclaré le député de la Rada suprême Anton Guerachtchenko.

Sur les ondes d'une radio moscovite, l'homme politique ukrainien a précisé que seuls les chanteurs qui "comprenaient que la conquête de la Crimée et l'occupation d'une partie du Donbass étaient un crime" seraient admis au concours.

Et d'ajouter qu'il ne voyait aucun obstacle à la participation des artistes qui "ne se prononcent pas en faveur de la politique agressive de la Russie et ne portent pas atteinte à la dignité nationale de l'Ukraine".

Il ne reste qu'à regretter que ce concours de la chanson se transforme en une arène de batailles politiques.

Samedi 15 mai, la chanteuse Jamala, une Tatare de Crimée de 32 ans, a apporté à l'Ukraine sa deuxième victoire à l'Eurovision. Selon les règles du concours, c'est son pays qui accueillera l'année prochaine la compétition.

Peuplée principalement par des russophones, la Crimée a adhéré à la Fédération de Russie suite à un référendum organisé en mars 2014. La majorité absolue des habitants de la péninsule (96,77%) ont opté en faveur du rattachement de la Crimée à la Russie.

L'Ukraine ne reconnaît pas les résultats du référendum et considère cette région comme un territoire occupé. Moscou a, à plusieurs reprises, souligné le caractère démocratique du suffrage et sa conformité aux normes du droit international. Il a également appelé la communauté internationale à respecter le choix des Criméens.

Dossier:
Eurovision 2017 (57)

Lire aussi:

L'Ukraine veut faire chanter l'Eurovision
Russie, Poutine: quand Marianne James s’oublie en plein Eurovision
Kiev fait preuve de bêtise, allongeant sa "liste noire" d'artistes russes
La Pologne insultée par la provocation ukrainienne de l'Eurovision
Tags:
artistes, liste noire, Eurovision 2017, Rada suprême, Anton Guerachtchenko, Crimée, Ukraine, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook