International
URL courte
Proche-Orient 2020: une paix universelle est-elle possible? (27)
15115
S'abonner

Lors d'une visite-éclair effectuée dimanche 15 mai en Israël et en Cisjordanie, le chef de la diplomatie française Jean-Marc Ayrault a présenté à ses interlocuteurs Benjamin Netanyahu et Mahmoud Abbas les "contours" de la conférence internationale prévue le 30 mai à Paris.

Il s'agit d'une réunion ministérielle censée rassembler les membres du Quartet des médiateurs pour le Proche-Orient (Russie, Etats-Unis, Onu et Union européenne), ainsi que les principaux pays de la Ligue arabe et plusieurs Etats concernés. Au total, 20 pays ont été conviés dans la capitale française.

Des groupes de travail seront constitués pour discuter du développement économique, des problèmes de sécurité et des mesures susceptibles d'inciter les Israéliens et les Palestiniens à rapprocher leurs positions. Cependant, les deux parties intéressées ne sont pas invitées à ces discussions. Elles n'y participeront que dans un deuxième temps, lors d'une rencontre au niveau des chefs d'Etat et de gouvernement qui pourrait avoir lieu à l'automne, selon  M. Ayrault.

La visite du ministre français en Israël s'est déroulée sur fond de refroidissement des relations entre les deux pays. L'Etat hébreu reproche à Paris d'avoir soutenu une "résolution scandaleuse" de l'Unesco qui nierait le "lien historique" entre le judaïsme et l'Esplanade des mosquées (Mont du Temple pour les Juifs).

Israël rejette tout effort de médiation dans ses rapports avec l'Autorité palestinienne et préfère des négociations directes avec cette dernière. M.Netanyahu craint que l'intervention de pays tiers dans ce processus n'exerce des pressions sur l'Etat hébreu afin de le rendre plus "accommodant".

Paris affirme pour sa part être mû par le désir de réprimer l'influence du groupe Etat islamique en Cisjordanie et dans la bande de Gaza.

La France est "profondément convaincue que si on ne veut pas laisser prospérer ici, dans cette région, les idées de Daech, il faut faire quelque chose", a souligné Jean-Marc Ayrault.

En rencontrant ce même dimanche à Ramallah le président palestinien Mahmoud Abbas et son chef de la diplomatie Riyad al-Maliki, le chef du Quai d'Orsay a obtenu de leur part un soutien inconditionnel à l'initiative française.

"Nous souhaitons le succès des efforts français parce qu'ils sont les seuls sur le terrain et qu'ils pourraient donner un élan au processus politique", a déclaré M. al-Maliki lors de cet entretien.

Cependant, les autorités françaises se montrent sceptiques quant au succès de leur initiative. Un scepticisme d'autant plus justifié que le secrétaire d'Etat américain John Kerry n'a toujours pas dit s'il participerait ou non à la réunion du 30 mai.

Dossier:
Proche-Orient 2020: une paix universelle est-elle possible? (27)

Lire aussi:

Poutine évoque avec Abbas le conflit palestino-israélien
Al-Sissi: Le Caire et Moscou soutiendront le dialogue palestino-israélien
Le conflit palestino-israélien au cœur d'un entretien Lavrov-Kerry
Pourquoi le prince Albert de Monaco a-t-il rendu visite au Pr Raoult?
Tags:
Benjamin Netanyahu, conflit israélo-palestinien, visite officielle, négociations, Ligue arabe, ONU, Etat islamique, Jean-Marc Ayrault, Riyad al-Maliki, Mahmoud Abbas, Ramallah, Cisjordanie, Jérusalem, Gaza, Palestine, Israël, Paris, France
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook