International
URL courte
2110
S'abonner

Au Royaume-Uni, le taux de chômage des anciens détenus est très élevé. Un tel problème social et économique exige des approches particulières pour être résolu. Un rapport spécial dévoile les avantages que le pays pourrait tirer de l’intégration de ses ex-prisonniers dans le monde des affaires.

Selon le rapport rendu public par le Centre for Entrepreneurs (CFE), le Royaume-Uni pourrait économiser chaque année 1,4 milliard de livres sterling (1,8 milliard d'euros) s'il adoptait un système chargé de reconvertir les ex-prisonniers en entrepreneurs. La question se pose de façon très sérieuse: depuis les années 1990, le nombre de prisonniers britanniques a été multiplié par deux.

Le chômage parmi les ex-prisonniers britanniques est très élevé. Cela s'explique en partie par le fait que les employeurs ne sont pas intéressés par les gens ayant un passé criminel.

Selon les informations disponibles pour 2012 et 2013, seuls 26% des anciens détenus trouvent un emploi après leur remise en liberté. Ainsi, beaucoup d'ex-prisonniers n'ont pas la chance de pouvoir s'intégrer dans la société, et se tournent à nouveau vers le monde du crime. Et c'est bien souvent le retour à la case départ, la prison.

Les statistiques sur les prisonniers en Angleterre et au Pays de Galles montrent que, sur la période 2002 —2014, le taux de récidive s'élevait à près de 50% pour l'ensemble les prisonniers, et à près de 60% pour les prisonniers condamnés à des peines légères.

Dans cette situation, les auteurs du rapport prônent l'aide aux anciens détenus afin qu'ils puissent assurer leur reconversion et trouver un emploi dans le monde d'affaires. Selon les auteurs de cette étude une telle approche est non seulement réaliste et efficace du point de vue financier, mais également largement soutenue par les ex-prisonniers.

Lire aussi:

Equateur: des prisonniers profitent du séisme pour prendre la fuite
Ce directeur de prison allemand ne veut plus de prisonniers
Amnesty exige que les USA enquêtent sur les tortures dans leurs prisons
Des unités de déradicalisation voient le jour dans les prisons françaises
Tags:
intégration, prisonniers, chômage, Royaume-Uni
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook