International
URL courte
131228
S'abonner

Téhéran l'accuse d'être un agent secret dont l'intention est de dépraver les jeunes Iraniennes. Mais pour quelle raison?

Mme Kardashian, méfiez-vous: une opération contre la criminalité en ligne, baptisée "Araignée II", est en cours en Iran.

Vous avez bien lu: la star de télé-réalité serait en fait un agent secret qui ferait partie d'un complot occidental visant à déstabiliser l'Iran. Les selfies dénudés de la starlette, qui apparaît souvent topless sur Instagram, agacent visiblement les autorités iraniennes.

🍧🍧🍧🍧🍧 📷 @stevengomillion 💆🏽 @petersavichair 💄 @robscheppy 👠 @monicarosestyle 🍧🍧🍧🍧🍧

Фото опубликовано Kim Kardashian West (@kimkardashian) Сен 23 2015 в 11:05 PDT

Shot this for KimKardashianWest.com when I was 3 months pregnant 📷 @stevengomillion

Фото опубликовано Kim Kardashian West (@kimkardashian) Сен 23 2015 в 9:11 PDT

Publier la photo d'une femme sans voile sur Instagram peut être particulièrement risqué en Iran. Selon un communiqué du Centre de la cybercriminalité organisée, comité de censure iranien, 170 "individus actifs dans le mannequinat, la mode et la photographie" auraient été arrêtés pour avoir figuré sur des pages "immorales" sur Instagram, l'un des seuls réseaux sociaux accessibles dans tout le pays, rapporte le magazine Vanity Fair.

Mostafa Alizadeh, porte-parole du Centre, est apparu à la télévision iranienne où il a accusé des "agents étrangers" de vouloir manipuler "la jeunesse et les femmes" iraniennes.

"Il est également évident qu'elle est financée par Instagram pour ses selfies. Nous prenons l'affaire très au sérieux", a-t-il déclaré.

Kim Kardashian n'a pas encore commenté les accusations dérisoires dont elle fait l'objet.

Dimanche, la télévision d'Etat a diffusé une émission où la modèle iranienne Elham Arab expliquait, devant le procureur de Téhéran, qu'elle regrettait d'avoir posté des photos où elle apparaît non voilée sur les réseaux sociaux, et conseillait aux Iraniennes de ne pas commettre la même "erreur". Elle a affirmé qu'elle gagnait jusqu'à 2.900 euros par mois tandis que le salaire minimum en Iran est d'un peu plus de 200 dollars.

La modèle iranienne Elham Arab répondant au procureur de Téhéran pour avoir posté des photos sans voile sur Instagram

Lire aussi:

Port du voile: un problème qui prend de l’altitude
Les internautes s’insurgent contre le port du voile en Iran
L'Américain ayant arraché le hijab d’une musulmane plaide coupable
Un garçon de 12 ans laisse son chiot sur le seuil d'un refuge avec une note déchirante - photos
Tags:
hijab, port du voile, accusations, Kim Kardashian, Iran
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook