Ecoutez Radio Sputnik
    Boris Johnson

    Et le lauréat du poème le plus insultant sur Erdogan est...

    © REUTERS / Jeff Overs/BBC
    International
    URL courte
    25401

    Le magazine britannique The Spectator a organisé un concours de poèmes insultants ayant pour sujet le président turc Recep Tayyip Erdogan, avec récompense à la clé…

    Pendant que le satiriste allemand Jan Böhmermann attend son procès pour avoir récité en direct un poème vulgaire à propos de M. Erdogan, un magazine britannique a profité de l'occasion pour lancer un concours de poésie injurieuse contre le président turc.

    Et c'est l'ancien maire de Londres Boris Johnson qui a remporté la palme après avoir concocté une satire décrivant "l'amour qui s'est épanoui entre le président turc et un bouc", rapporte la chaîne britannique Sky News.

    Toute personne qui veut y aller d'une plaisanterie salée sur Erdogan doit avoir la possibilité de le faire, et ce, dans tout pays européen, a fait remarquer M.Jonhson.
    Pour cette victoire, l'ancien maire de Londres se méritera la respectable somme de 1.000 de livres sterling.

    Le pamphlet de l'humoriste allemand Jan Böhmermann a pris toutes les allures d'une affaire d'Etat et a lancé le débat sur la liberté d'expression en Allemagne. Entre-temps, le parquet de Mayence a ouvert une enquête contre l'humoriste de 35 ans. Vingt personnes ont porté plainte contre Böhmermann, à qui ils reprochent d'avoir violé le paragraphe 103 du Code pénal portant sur les insultes adressées à un organe ou un représentant d'un Etat étranger.

    L'affaire a empoisonné les relations entre l'Allemagne et la Turquie, partenaires cruciaux dans la gestion de l'afflux de migrants en Europe.

    Lire aussi:

    Allemagne: de larges passages du poème anti-Erdogan censurés
    Censure: Erdogan s’attaque à la Suède
    Stern: la politique d’Erdogan illustre toute sa lâcheté
    Tags:
    insulte, poème, Recep Tayyip Erdogan, Jan Boehermann, Boris Johnson, Londres, Royaume-Uni
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik