Ecoutez Radio Sputnik
    Egyptair

    Vol EgyptAir: ce qui s'est passé

    © AFP 2019 Christian Hartmann
    International
    URL courte
    Crash du vol MS804 d'EgyptAir (53)
    61158

    L'appareil d'EgyptAir qui s'est abimé jeudi en Méditerranée avec 66 personnes à bord a "effectué un virage de 90 degrés à gauche puis de 360 degrés à droite en tombant de 37.000 à 15.000 pieds" avant de disparaître des radars.

    La Direction de l'aviation civile et le ministre de la Défense grecs ont donné jeudi des précisions sur le déroulement du vol de l'Airbus A320 d'EgyptAir jusqu'à sa disparition, dans l'espace aérien égyptien, alors qu'il survolait la mer Méditerranée entre Paris et Le Caire.

    "L'image que nous avons est qu'à 00H37 GMT, l'avion, qui se trouvait à peu près de 10-15 milles dans l'espace aérien égyptien a effectué un virage de 90 degrés à gauche puis de 360 degrés à droite en chutant de 37.000 à 15.000 pieds où son image a été perdue, environ à 10.000 pieds d'altitude", a déclaré le ministre grec de la Défense Panos Kammenos lors d'une conférence de presse, précisant s'être entretenu avec son homologue égyptien.

    ​Le contact avec l'avion, un Airbus A320 mis en service en juillet 2003, a été perdu alors qu'il volait à 11.280 mètres d'altitude et se trouvait à une quinzaine de kilomètres à l'intérieur de l'espace aérien égyptien.

    L'avion d'EgyptAir, parti de Paris à destination du Caire et disparu des radars, serait tombé dans la mer Méditerranée, rapporte la chaîne de télévision Al Mayadeen, citant des sources au sein de la compagnie aérienne.

    Dossier:
    Crash du vol MS804 d'EgyptAir (53)

    Lire aussi:

    Vol EgyptAir: les conditions météo permettent de survivre pendant 40 heures
    François Hollande confirme que l'avion EgyptAir "s'est abîmé"
    Un Boeing 757 subit de graves dommages lors d'un atterrissage d’urgence aux Açores – vidéo
    Tags:
    crash d'avion, Airbus A320, EgyptAir, Panos Kammenos, Le Caire, Egypte, Grèce, France
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik