Ecoutez Radio Sputnik
    Avion d'EgyptAir

    Vol EgyptAir: les débris laissent penser à une puissante déflagration à bord

    © REUTERS / Christian Hartmann
    International
    URL courte
    Crash du vol MS804 d'EgyptAir (53)
    38734
    S'abonner

    Les débris de l'Airbus d'Egyptair, qui s'est écrasé le 19 mai en Méditerranée, révélés à ce jour sont des petits éléments, des fragments du fuselage et d'affaires de passagers déchirées en petits lambeaux, ce qui peut témoigner d'une puissante déflagration à bord, considère le général et ancien pilote égyptien, Ihab Moursi.

    "Si une explosion se produit dans les airs, il ne subsiste pas d'éléments dans leur entièreté. Pour le moment, tout ce que nous avons trouvé n'est que des petits fragments. Même les gilets de sauvetage sont en lambeaux, tout comme les moquettes. Ceci peut témoigner d'une puissante explosion", a-t-il déclaré.

    D'après l'hypothèse avancée par M.Moursi, des terroristes se seraient infiltrés depuis des années au sein du personnel de l'aéroport parisien. "C'est possible, en France on trouve des extrémistes de différentes nationalités. Il se peut que certains d'entre eux travaillent à l'aéroport depuis des années. Après en avoir reçu l'ordre (…), ils ont réussi à tromper les mesures de sécurité", a indiqué l'expert égyptien dans un entretien à RIA Novosti.

    Et d'ajouter qu'il était peu probable que l'explosion, si cette thèse se confirme, ait été perpétrée par un terroriste se trouvant à bord de l'appareil.

    "Je doute qu'il s'agisse d'un terroriste-kamikaze, car il aurait pu faire exploser l'avion au Caire, ce qui aurait produit plus d'effet. Il est plus probable qu'il s'agisse d'un employé de l'aéroport qui avait accès à l'appareil", a fait noter M.Moursi.

    Selon lui, d'autres thèses sont moins solides. "D'habitude, quatre facteurs sont à l'origine des accidents aériens: les conditions climatiques, mais le pilote ne se plaignait pas du temps. Une autre cause pourrait être une défaillance technique, lorsque c'est le cas, le pilote en informe (les parties concernées, ndlr) ce qui n'était pas le cas. Le troisième facteur est l'erreur humaine, elle intervient lorsque le pilote tente de faire atterrir l'appareil, or l'avion se trouvait à quelque 11.000-12.000 mètres d'altitude. La dernière cause est une intervention humaine non sanctionnée, autrement dit un attentat terroriste", juge l'expert.

    Et de pointer qu'il était extrêmement important de retrouver les enregistreurs de bord pour pouvoir faire plus de lumière sur les causes de cette tragédie.

    Un Airbus A320 de la compagnie égyptienne EgyptAir assurant le vol MS804 entre Paris et Le Caire a disparu au-dessus de la Méditerranée dans l'espace aérien de l'Egypte dans la nuit du 18 au 19 mai. 66 personnes, dont 10 membres d'équipage se trouvaient à bord de l'appareil.

    Les opérations de recherche sont menées par les forces aériennes et navales de l'Egypte, de la Grèce, de la France et des Etats-Unis. Vendredi 20 mai, les militaires égyptiens ont annoncé avoir découvert des débris d'avion et des effets personnels des passagers à 290 km au nord d'Alexandrie. Selon le ministère égyptien de l'Aviation civile, il n'y a pas de survivants.

    Afin de localiser les boîtes noires de l'appareil, l'Egypte a dépêché sur place un sous-marin capable de descendre à 3.000 mètres de profondeur.

    Dossier:
    Crash du vol MS804 d'EgyptAir (53)

    Lire aussi:

    EgyptAir aide les familles des victimes du crash à faire leur paperasse
    EgyptAir: le silence des terroristes met en cause la version de l’attentat
    EgyptAir: le président égyptien dit n'exclure aucune piste
    Une inscription menaçante sur la carlingue de l’A320 d'EgyptAir
    Tags:
    kamikaze, aéroport, enquête, attentat, avions, crash d'avion, Airbus A320, EgyptAir, Méditerranée, Egypte, France
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik