International
URL courte
2213
S'abonner

41 nouvelles recrues de l'armée yéménite ont été tuées lundi dans un attentat suicide à Aden, la grande ville du sud régulièrement visée par des attaques jihadistes, selon un nouvel bilan d'un responsable militaire.

Un kamikaze a fait détoner sa ceinture d'explosifs parmi des dizaines de jeunes recrues rassemblées à Khor Maksar, un quartier d'Aden, faisant au moins 41 tués et plusieurs blessés, a ajouté le responsable. Selon un communiqué récent, le groupe Etat islamique a revendiqué ce double attentat.

Dans un message posté sur un de ses comptes, sur les réseaux sociaux, le groupe terroriste a déclaré que l'attaque avait eu pour cible "l'armée yéménite apostate", et a mentionné le nom du kamikaze — Abu Ali al-Adeni.

Une source de sécurité avait évoqué dans un premier temps 45 tués et un attentat à la voiture piégée.

L'attentat a eu lieu à proximité d'un bureau de recrutement de l'armée, situé près de la résidence du commandant de la base militaire Badr, a précisé le général Abdallah Soubeihi.

Une paire de kamikazes tue 45 gens dans la ville yéménite d'Aden (sud du pays), rapportent les autorités de la sécurité.

Peu après, une forte explosion a secoué la base militaire Badr, a ajouté le responsable, indiquant que la déflagration avait été provoquée par un engin explosif. Il n'a pas été en mesure de préciser les circonstances ou le bilan de cette explosion, survenue à l'intérieur de la base.

Aden, la capitale "provisoire" du gouvernement du président Abd Rabbo Mansour Hadi en guerre contre les rebelles chiites Houthis depuis plus d'un an, est le théâtre d'attaques armées récurrentes, revendiquées ou attribuées à des groupes jihadistes, très actifs dans le sud et le sud-est du Yémen.

Lire aussi:

Yémen: l’Arabie saoudite compte reproduire le scénario irakien ou syrien?
Yémen: 30 recrues de la police tuées dans un attentat suicide
Attentat suicide au Yémen: huit morts, plusieurs blessés
Tags:
attentat, djihadisme, Yémen
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook