International
URL courte
36333
S'abonner

Le Pakistan a démenti les informations selon lesquelles le chef des talibans afghans Akhtar Mansour aurait été tué par une frappe américaine. Les drones ont en réalité frappé des civils, un chauffeur de taxi et son passager.

L'opération effectuée sur l'ordre personnel du président Barack Obama ne s'est pas déroulée comme prévue. Le raid, qui s'est déroulé à proximité de la frontière afghane, visait à éliminer un véhicule où était censé se trouver le chef du mouvement des talibans. L'opération a effectivement fait des victimes, mais Akhtar Mansour en fait-il partie?

Des soldats US en Afghanistan
© Flickr / U.S. Marine/Dexter S. Saulisbury

Les corps des victimes ont été transportés à l'hôpital puis identifiés, et il s'agit en réalité de civils. Le mollah Mansour ne compte donc pas parmi les victimes, ce qui a été confirmé par les talibans eux-mêmes. L'une des victimes de la frappe est un chauffeur nommé Muhammad Azam, tandis que l'identité de l'autre victime, son passager, est en cours de vérification, signale le communiqué publié par le ministère pakistanais des Affaires étrangères.

Fait curieux: Washington n'a averti les autorités pakistanaises et afghanes de la frappe aérienne qu'après l'avoir effectuée. Et ce n'est pas tout: le Pentagone n'a pas pu affirmer de manière certaine que les drones ayant participé à cette opération avaient réellement atteint leur cible.

La situation sécuritaire en Afghanistan s'est nettement détériorée au cours des derniers mois. Après avoir pris le contrôle de vastes territoires dans les régions agricoles du pays, le mouvement radical Taliban vise désormais à s'imposer dans les grandes villes. Par ailleurs, l'influence du groupe djihadiste Daech a fortement augmenté dans le pays.

Les talibans ont renforcé leur influence à l'issue de l'opération de l'Otan en Afghanistan, aggravant ainsi la situation dans ce pays. A l'heure actuelle, le mouvement islamiste radical compte, selon diverses estimations, entre 40.000 et 60.000 combattants en Afghanistan.

Lire aussi:

Quand les Etats-Unis préviennent après avoir bombardé
Ces bombes US qui soutiennent le terrorisme
L'Afghanistan, nouveau tremplin pour Daech?
Mort du mollah Omar: la pagaille en Afghanistan?
Tags:
civils, frappe aérienne, victimes, bombardements, drone, Taliban, Barack Obama, Pakistan, Afghanistan, États-Unis
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook