Ecoutez Radio Sputnik
    Peine de mort: l’UE ferme la porte à la Turquie

    Ankara dénonce les "doubles standards" de l'UE

    © Photo. Pixabay
    International
    URL courte
    1213
    S'abonner

    La Turquie pourrait suspendre la réalisation des accords conclus avec l'Union européenne si cette dernière poursuit sa politique de "deux poids, de mesures" à l'égard d'Ankara.

    Dans une interview accordée à la chaîne de télévision locale TRT Haber, le conseiller du président turc Yigit Bulut a déclaré que son pays était prêt à adopter des "décisions radicales".

    "La Turquie pourrait annuler l'ensemble des accords conclus avec l'UE, dont l'accord sur l'union douanière. Nous pouvons complètement réviser nos relations", a annoncé M.Bulut.

    L'accord signé entre Bruxelles et Ankara en vue de régler la crise des réfugiés en Europe prévoit que la Turquie surveille mieux ses frontières et accueille les migrants. En échange, l'UE s'engage à supprimer les visas pour les ressortissants turcs souhaitant effectuer un séjour court au sein de l'Union européenne.

    Dans le même temps, la clause sur les visas est conditionnée notamment à une modification de la loi antiterroriste turque. L'UE exige que la Turquie modifie le document pour le mettre en conformité avec les normes européennes. En Turquie, en effet, elle est également utilisée afin de réprimer les minorités, les membres de l'opposition et les journalistes.

    Cependant, le président turc Recep Tayyip Erdogan a récemment souligné qu'il n'était en aucun cas prêt à changer la loi en question.

    Selon le tabloïde allemand Bild qui cite des sources au sein du gouvernement fédéral,  l'accord sur le régime sans visas entre la Turquie et l'UE ne sera pas conclu avant fin 2017.

    Lire aussi:

    Régime sans visa: l'UE cède face aux ultimatums de la Turquie
    Le régime de visas entre la Turquie et l'UE maintenu?
    La Turquie ne sera membre de l'UE qu'en... l'an 3000
    Tags:
    régime sans visas, réfugiés, accord, crise migratoire, relations, Recep Tayyip Erdogan, Yigit Bulut, Turquie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik