International
URL courte
15225
S'abonner

Les autorités polonaises vont inclure dans leur programme scolaire des leçons consacrées à l'importance de l'Otan pour la Pologne.

Selon le Financial Times, un cours spécial sera mis au point dans les deux prochains mois. L'importance de l'Otan devra être étudiée pendant deux à quatre heures par semaine. Les écoliers y apprendront l'histoire et l'activité actuelle de la "plus puissante alliance militaire du monde", ainsi que les avantages que la Pologne aurait tiré de son adhésion à l'Otan, le 12 mars 1999.

Militaire polonais à côté d'un drapeau américain
© East News. AP Photo/Czarek Sokolowski
En outre, les écoles polonaises seront dotées de "plans de cours" consacrés à des sujets différents et, plus particulièrement, à la participation des militaires polonais aux opérations de l'alliance en Afghanistan et à la prise de décision de l'Otan sur le déploiement des bases militaires en Pologne.

Il convient de rappeler que l'ambassadeur russe auprès de l'Otan Alexandre Grouchko avait signalé précédemment que les membres récents de l'alliance qui l'avaient ralliée sur son flanc oriental souffrent du syndrome des Etats situés sur la ligne de front. 

"Nous constatons que l'élargissement de l'alliance génère le syndrome de l'Etat situé sur la ligne de front et crée en Europe de nouvelles lignes de séparation ou déplace les lignes de séparation existantes, ce qui est contraire au besoin de mise en place d'un nouveau système de sécurité collective sur le continent", a dit le diplomate.

Les Polonais apprendront à aimer l'Otan dès l'école
© Sputnik .
Les Polonais apprendront à aimer l'Otan dès l'école

Lire aussi:

La Pologne souhaite devenir membre à part entière de l'Otan dès juillet
La Pologne n'a pas besoin des armes nucléaires de l'Otan
La Pologne déplore n'être qu'une "zone tampon" pour l'Otan
Linda Kebbab, policière insultée: «je ne suis pas une indigène, je suis Française!»
Tags:
OTAN, Alexandre Grouchko, Pologne
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook