Ecoutez Radio Sputnik
    Egyptair A320

    Vol EgyptAir: les examens accréditent l'hypothèse d'une explosion

    © Sputnik . Maxim Blinov
    International
    URL courte
    Crash du vol MS804 d'EgyptAir (53)
    3713
    S'abonner

    L'analyse des restes humains du crash du vol EgyptAir 804 accrédite l'hypothèse d'une explosion à bord de l'avion.

    Les premiers examens réalisés sur les restes humains des victimes du crash du vol MS804 d'EgyptAir accréditent l'hypothèse d'une explosion à bord, a annoncé un responsable des services égyptiens de médecine légale cité par l'AP.

    Cependant, le directeur des services égyptiens de médecine légale a démenti cette information.

    "Tout ce qui a été publié à ce propos est absolument faux et repose sur de simples suppositions qui ne viennent pas de l'Autorité de médecine légale", a déclaré Hicham Abdelhamid dans un communiqué cité par l'agence Reuters.

    Un Airbus A320 de la compagnie égyptienne EgyptAir assurant le vol MS804 entre Paris et Le Caire a disparu au-dessus de la Méditerranée dans l'espace aérien de l'Egypte dans la nuit du 18 au 19 mai avec 66 personnes à son bord.

    Les opérations de recherche sont menées par les forces aériennes et navales de l'Egypte, de la Grèce, de la France et des Etats-Unis. Vendredi 20 mai, les militaires égyptiens ont annoncé avoir découvert des débris d'avion et des effets personnels des passagers à 290 km au nord d'Alexandrie. Selon le ministère égyptien de l'Aviation civile, il n'y a pas de survivants.

    Dossier:
    Crash du vol MS804 d'EgyptAir (53)

    Lire aussi:

    Vol EgyptAir: les débris laissent penser à une puissante déflagration à bord
    EgyptAir: le silence des terroristes met en cause la version de l’attentat
    EgyptAir: le président égyptien dit n'exclure aucune piste
    Une conversation entre le pilote de l’A320 d'EgyptAir et un contrôleur rendue publique
    Tags:
    analyse, explosion, victimes, crash d'avion, Le Caire, Egypte
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik