International
URL courte
3180
S'abonner

Si tout va bien, fin 2018 – début 2019, le Guatémaltèque de 49 ans Vinicio Montoya de León sera le premier représentant de l'Amérique centrale à voler dans l'espace.

Vinicio Montoya a raconté à Sputnik dans un entretien exclusif son histoire étonnante rendue possible, entre autres, grâce à l’intervention du ministre russe des Affaires étrangères, Sergeï Lavrov.

Montoya dans le Centre de formation des cosmonautes Youri Gagarine
© Photo / cortesía del autor, Vinicio Montoya
Montoya dans le Centre de formation des cosmonautes Youri Gagarine

Vinicio Montoya, dentiste guatémaltèque, qui avait failli rejoindre les astronautes de la NASA, est arrivé à Moscou sur l'invitation de Roskosmos (l’entreprise d'État russe pour les activités spatiales) et a visité le Centre d'entraînement des cosmonautes.

"J’ai longtemps mené une vie trop légère. Et puis j’ai eu un accident de la route suite auquel j’ai reconsidéré ma vision du monde. Je me suis rendu compte qu'il y a une chose dans le monde qui ne peut être achetée nulle part – c’est la vie. Alors j’ai décidé de vivre les choses à fond", a déclaré M. Montoya.

Vinicio a raconté qu’il avait escaladé le mont Everest à une hauteur de 6.000 mètres, avait sauté en parachute, fait de plongée sous-marine, avait travaillé comme pompier, et maintes autres expériences de vie.

Puis la société qui soutenait ses initiatives l'a invité à prendre part aux cours de formation des astronautes organisés par une société privée américaine dans le cadre du programme de vol suborbital.

Ayant passé avec succès toutes les épreuves de qualification, qui comprenaient notamment un vol sur un avion supersoniqueà la vitesse de Mach 1, un test dans une centrifugeuse, dans un fauteuil pivotant à grande vitesse et beaucoup d’autres, M. Montoya pouvait alors prétendre à une place au sein de la NASA en qualité d’astronaute.

Finalement, la NASA a annoncé à M. Montoya qu'il serait en mesure de poursuivre la formation seulement s’il se décidait à prendre la citoyenneté américaine.

Selon la réglementation américaine, les citoyens étrangers ne peuvent participer au programme de formation des astronautes qu’au nom de leur agence spatiale nationale. Si le pays n’a pas d’agence, ils doivent renoncer à leur citoyenneté actuelle, pour devenir citoyen américain.

Ce choix n’était pas facile pour M. Montoya. Il a donc pris la décision de chercher ailleurs.

"Quand vous avez vraiment envie de réaliser quelque chose, vous êtes prêt à tout, quitte à le payer cher. Mais renoncer à ma nationalité – c’était trop. Je suis fier d'être guatémaltèque", a raconté Vinicio Montoya.

Vinicio Montoya près du vaisseau spatial Soyouz
© Photo / cortesía del autor, Vinicio Montoya
Vinicio Montoya près du vaisseau spatial Soyouz

La solution est venue d'un côté inattendu. C’est Mamoru Mori (Mamoru Mohri), le premier astronaute japonais professionnel (premier vol en 1992) qui a conseillé à M. Montoya lors de sa visite au Guatemala de demander l’aide de la Russie.

"Je lui ai demandé: qu’est-ce que je peux faire? Il m’a dit d’en parlez-en aux Russes. En matière d’espace, ils ont une philosophie très ouverte", a raconté M. Montoya.

Tenant compte de ce conseil de Mamoru Mori, M. Montoya a fait tout son possible pour atteindre ses objectifs. Et il a finalement réussi a gagné le soutien du gouvernement guatémaltèque, qui a fait une demande officielle auprès de la partie russe à l'occasion de la visite du ministre des Affaires étrangères, Sergeï Lavrov. Le ministre russe a soutenu l'idée et a donné un sacré coup de pouce à notre ami guatémaltèque.

Après avoir reçu une invitation de la Roscosmos, M. Montoya est arrivé dans la capitale russe avec sa femme et son fils. Il a ensuite rencontré l’administration du Centre de formation des cosmonautes Youri Gagarine.

Le candidat heureux a ainsi pu  s’assoir dans le fauteuil du vaisseau spatial Soyouz, découvrir d’autres engins spatiaux et rencontrer deux cosmonautes russes, en l’occurrence les participants de la prochaine mission, la 51e, de la Station spatiale internationale (ISS).

Montoya avec les participants de la prochaine mission, la 51e, de la Station spatiale internationale (ISS)
© Photo / cortesía del autor, Vinicio Montoya
Montoya avec les participants de la prochaine mission, la 51e, de la Station spatiale internationale (ISS)

"Nous avons parlé, et leur réaction a été très positive et très hospitalière; l'un d'entre eux a dit que ce serait cool de lancer une expédition composée de trois personnes – deux russes et un guatémaltèque", se souvient M. Montoya avec un sourire.

Mais il doit désormais terminer sa formation. Son expérience précédente ayant été reconnue, sa formation initiale prendra 11 semaines au lieu d'un an et demi. Cependant, il n’effectuera pas de vol dans l’espace avant trois ans, car les missions spatiales pour les deux prochaines années sont déjà planifiées depuis longtemps. 

"Je crois que l'espace supprime les frontières. Les questions géopolitiques, qui sont actuelles sur Terre, perdent toute signification dans l'espace. Et j’espère que ces leçons de l'espace vont nous aider ici, au sol", a conclu M. Montoya, expliquant l'importance des programmes spatiaux.

Lire aussi:

La Chine lancera un homme dans l’espace en ballon
La première femme cosmonaute se confesse
Astronaute française: Gagarine, l'homme qui a fait sortir l'humanité de son berceau
ISS: un astronaute américain se déguise en gorille pour rigoler
Tags:
station spatiale, coopération spatiale, coopération, cosmonaute, espace, NASA, Holding spatial russe Roscosmos, Vinicio Montoya, Sergueï Lavrov, Guatemala, États-Unis, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook