International
URL courte
38464
S'abonner

Les autorités de la région suisse de Bâle-Campagne ont édicté que les élèves musulmans devaient désormais serrer la main de leurs enseignantes faute de quoi leurs parents pourraient devoir payer 5.000 francs d'amende.

Cette décision est le résultat de deux mois de discussions provoquées par la décision de l'école secondaire de Therwil, dans le canton de Bâle-Campagne (près de la frontière française), d'introduire une exception aux règles générales pour deux élèves musulmans.

En avril dernier, l'administration de l'école a décidé de ne pas imposer à deux garçons musulmans de serrer la main de leurs professeures contrairement à la tradition selon laquelle les élèves et les enseignants se serrent la main avant et après chaque leçon. Les deux élèves de 14 et 15 ans ont affirmé que cette pratique était contraire à leurs convictions religieuses et ont expliqué que l'islam interdisait le contact physique avec le sexe opposé

Cette décision a provoqué des critiques de la part de la classe politique suisse. La majorité des hommes politiques se sont prononcés contre cette décision, expliquant que ce geste, y compris entre les femmes et les hommes, était une habitude culturelle en Suisse.

Après deux mois de discussions, le département de l'Education, de la Culture et du Sport de Bâle-Campagne a édicté que "l'intérêt commun en ce qui concerne l'égalité entre les femmes et les hommes et l'intégration des étrangers est plus important que le principe de la liberté de conscience des élèves", rapporte le Local.

Les parents des élèves qui ne suivent pas cette règle devront verser une amende de 5.000 francs suisses.

Lire aussi:

France: un enseignant agressé au cutter par un homme qui invoque l'EI
Daech appelle à tuer des enseignants en France
Les écoles de Virginie fermées en raison d’un "devoir islamiste"
«Je vais te venger»: la promesse de la femme du chauffeur tabassé jusqu’à la mort cérébrale à Bayonne
Tags:
liberté de conscience, élèves, migrants, musulmans, école, Bâle-Campagne, Suisse
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook