International
URL courte
Situation économique en Ukraine (85)
9383
S'abonner

Faute d’huile, la société publique des chemins de fer ukrainiens "Ukrzaliznytsia" pourrait stopper le transport de marchandises dans les prochains jours.

La société publique des chemins de fer ukrainiens "Ukrzaliznytsia" vient d'annoncer qu’elle pourrait suspendre le transport de marchandises sur le réseau faute d’huile, rapporte la presse locale. 

"Suite à la décision judiciaire au profit d'un participant à l'appel d'offres, les chemins de fer ukrainiens risquent de rester sous peu sans une goutte d’huile et ne pourra par conséquent assurer le transport vers la zone de l'opération antiterroriste (dans l'est du pays, ndlr)", lit-on dans le communiqué.  

Selon "Ukrzaliznytsia", les stocks actuels d’huile devraient être épuisés d’ici une semaine. 

"Dans cette situation, la société ne pourra pas honorer ses contrats avec le ministère de la Défense, ce qui risque d'affaiblir les positions de nos militaires dans l'est de l'Ukraine", stipule le document. 

Par ailleurs, la société "Ukrzaliznytsia" s'est récemment déclarée en faillite, étranglée par ses dettes, la corruption et la crise économique sans précédent que traverse l'Ukraine, elle-même au bord du défaut de paiement. 

Kiev a lancé en avril 2014 une opération militaire d'envergure contre les républiques populaires autoproclamées de Lougansk (LNR) et de Donetsk (DNR) qui avaient déclaré leur indépendance suite au coup d'Etat de février 2014 en Ukraine. Selon les dernières données des Nations unies, ce conflit a fait plus de 9.000 morts.

Dossier:
Situation économique en Ukraine (85)

Lire aussi:

Donbass: à quand la paix?
Ukraine: les médias officiels mentent sur les victoires dans le Donbass
«Je ne me prends pas pour un prophète»: Didier Raoult défend à nouveau l'hydroxychloroquine
Il était «mal informé»: Thierry Breton tacle Renaud Muselier après sa précommande de Spoutnik V
Tags:
chemin de fer, Ukrzaliznytsia, Lougansk, Donetsk, Ukraine
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook