International
URL courte
43551
S'abonner

Vladimir Potanine, homme d’affaires et mécène russe qui fait partie des gens les plus riches du monde, a fait une véritable affaire en Iran après la levée des sanctions dont ce pays était frappé depuis de longues années.

Son fonds de capitaux privés Winter Capital Partners (WCP), qui a investi plus de 300 millions de dollars, est devenu copropriétaire d'un certain nombre de sociétés Internet iraniennes, dont le plus grand détaillant du pays Digikala.

Selon une source proche du marché, la transaction a eu lieu en mars dernier. Néanmoins, ni le montant de la transaction, ni la taille de la participation acquise n'ont été divulgués.

Depuis la levée des sanctions, l'Iran commence à renouer des liens commerciaux avec un certain nombre de pays. En janvier, Téhéran a conclu près de 20 accords de coopération économique avec la France et plusieurs accords avec l'Italie et la Russie.

Récemment le président iranien Hassan Rohani a également appelé la communauté internationale au renforcement de la coopération mutuelle. Le président iranien a toutefois reconnu que malgré la levée d'une grande partie des sanctions internationales, "certaines sociétés et banques étrangères ont toujours peur d'avoir des transactions avec l'Iran", notamment à cause des amendes imposées par le passé par les Etats-Unis contre des institutions européennes ou asiatiques pour leurs échanges avec l'Iran.

En janvier, l'Union européenne a adopté la levée des sanctions économiques et financières contre l'Iran, juste après le feu vert de l'AIEA à la mise en œuvre de l'accord nucléaire signé en juillet avec les grandes puissances.

Lire aussi:

Les sociétés européennes plutôt réticentes à traiter avec l'Iran?
L’Iran face au boom du numérique
L'hommage de Macron à Maradona indigne le Venezuela qui le tacle sur les Gilets jaunes
Un commissariat de police attaqué aux cocktails Molotov dans le Lot
Tags:
marchés, transaction, milliardaires, économie, sanctions, Hassan Rohani, Iran, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook