Ecoutez Radio Sputnik
    Pendant 7 ans, un journaliste du Guardian a bidonné ses articles

    Pendant 7 ans, un journaliste du Guardian a écrit sur ses amis imaginaires

    © Flickr/ guasteví
    International
    URL courte
    9515

    Le Guardian, un des quotidiens les plus réputés du Royaume-Uni, s’est retrouvé au cœur d’un scandale: un bon nombre de personnes citées dans des articles rédigés par un de ses journalistes n’ont jamais existé en réalité ou du moins n’ont jamais été en contact avec le journal.

    À l'origine de cette polémique se trouve Joseph Mayton, un pigiste qui a collaboré avec le Guardian à partir de 2009. Après six ans de collaboration, le quotidien a reçu une plainte contre le journaliste. Ce dernier a été soupçonné d'avoir inventé des personnes citées et des commentaires pour ses textes. Le média a alors engagé un expert indépendant afin de vérifier ses productions et d'éclaircir l'affaire. Le spécialiste a confirmé les soupçons.

    M. Mayton s'est de son côté empressé de balayer toutes les accusations, mais n'a réussi à fournir aucun enregistrement, ni courrier, ni autre preuve susceptible de confirmer qu'il avait réellement contacté les personnes évoquées dans ses articles.

    Cairo Airport
    © REUTERS / Amr Abdallah Dalsh
    À l'issue de l'enquête, le Guardian a supprimé du site 13 articles signés de Joseph Mayton, alors que de nombreux autres textes de l'auteur ont été amputés des commentaires et des passages dont il s'est avéré impossible de confirmer la validité. Au total, M. Mayton a publié 64 articles en près de sept ans.

    Le Guardian a révélé l'histoire accompagnée d'excuses sur son site et a promis désormais d'être plus prudent quant aux travaux de ses pigistes et aux commentaires anonymes publiés dans ses pages.

    Lire aussi:

    Une journaliste russe frappée en direct par un manifestant
    Une journaliste "naïve" avertie pour s'être référée à un faux Twitter de Lavrov
    Le randonneur français disparu en Italie retrouvé mort, selon des médias italiens
    Un «souvenir» de vacances illégal pourrait coûter leur liberté à deux Français
    Tags:
    journal, quotidien, journalisme, Royaume-Uni
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik