International
URL courte
7320
S'abonner

Les autorités britanniques craignent que les tribunaux islamiques informels, fonctionnant dans le pays et appliquant la charia, ne créent une forme de justice parallèle.

Dans le cadre de la nouvelle stratégie contre l'extrémisme, une enquête indépendante a été lancée en Grande-Bretagne pour établir à quel point les pratiques des tribunaux islamiques fonctionnant dans le pays correspondent à la législation nationale, a indiqué la ministre britannique de l'Intérieur Theresa May. 

"Des femmes auraient été victimes de décisions discriminatoires de la part de conseils religieux appliquant la charia (loi islamique, ndlr), ce qui est notre préoccupation majeure", a indiqué Mme May dans un communiqué repris par la presse britannique. 

Selon la ministre, cette enquête indépendante ordonnée par le gouvernement devra déterminer s'il existe une forme de justice parallèle dans certaines villes d'Angleterre et du Pays de Galles. 

"Il n'y a qu'un seul Etat de droit dans notre pays, qui donne des droits et des garanties à chacun des citoyens", a-t-elle souligné. 

Des dizaines de tribunaux islamiques fonctionnent en Grande-Bretagne, essentiellement pour arbitrer des conflits familiaux, sans toutefois posséder de reconnaissance légale. 

Le gouvernement souhaite savoir si la charia est dévoyée ou instrumentalisée, et si oui dans quelle mesure afin d'adopter ensuite les mesures qui s'imposent. L'enquête engagée sera achevée l'année prochaine, et un rapport spécial sera rédigé sur ses résultats.

Lire aussi:

Twitter reconnu conforme au commandement de la charia
La charia : être ou ne pas être en Europe ?
Des règles de la charia en Europe?
Un épidémiologiste croit savoir les causes de la mortalité plutôt faible du Covid-19 en Allemagne
Tags:
ministre, communiqué, rapport, enquête, loi, tribunal, charia, ministère britannique de l'Intérieur, Theresa May, Royaume-Uni
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook