Ecoutez Radio Sputnik
    Amnesty International

    Amnesty International appelle l'Arabie saoudite à arrêter les exécutions

    © Flickr/ backpacker01
    International
    URL courte
    792

    Amnesty International, une ONG qui défend les droits de l'homme, constate la "hausse spectaculaire" des exécutions en Arabie saoudite.

    "Les exécutions en Arabie saoudite ont augmenté de façon spectaculaire depuis deux ans et cette tendance ne montre aucun signe de fléchissement", a déclaré James Lynch, directeur adjoint du programme Afrique du Nord et Moyen-Orient à Amnesty International.

    Selon lui, cette forte hausse des exécutions est d'autant plus affligeante que le système judiciaire saoudien pâtit de défaillances généralisées, qui se traduisent régulièrement par des condamnations à mort prononcées à l'issue de procès manifestement iniques, lit-on dans le communiqué de l'ONG.

    "Les autorités saoudiennes doivent cesser de s'appuyer sur ce châtiment cruel et inhumain, et instaurer sans délai un moratoire officiel sur toutes les exécutions", a souligné M.Lynch.

    "Ali al Nimr a déjà passé deux ans dans le couloir de la mort. Au lieu de le contraindre à passer un seul jour de plus à attendre son exécution, les autorités saoudiennes devraient annuler sa condamnation et ordonner qu'il soit rejugé dans le cadre d'une procédure respectant les normes internationales d'équité, excluant tout recours à la peine de mort ", a fait remarquer James Lynch.

    L'ayatollah Nimr Baqr al-Nimr, oncle d'Ali al-Nimr, avait été condamné à mort en octobre 2014 pour "sédition", "désobéissance au souverain" et "port d'armes" par un tribunal de Riyad spécialisé dans les affaires de terrorisme. Son arrestation en juillet 2012 s'était déroulée de manière mouvementée et deux de ses partisans avaient été tués au cours des manifestations qu'elle avait provoquées.

    l'Arabie saoudite
    © Flickr.com/Buen Viajero/cc-by
    En 2015, 153 personnes ont été exécutées en Arabie saoudite, un niveau inégalé depuis 20 ans dans ce royaume ultraconservateur régi par une interprétation rigoriste de la loi islamique.

    Les autorités invoquent la dissuasion pour justifier la peine de mort dans des affaires de terrorisme, de meurtre, de viol, de vol à main armée et de trafic de drogue.

    Lire aussi:

    Arabie: un Irakien décapité pour meurtre, 60e exécution de l'année
    Comment l'Arabie saoudite exécute les sorciers, les gays et les alcooliques
    Un ministre saoudien justifie l’exécution du dignitaire chiite al-Nimr
    Riyad ne fera pas oublier les exécutions en rompant avec Téhéran
    Tags:
    execution, Amnesty International, Arabie Saoudite
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik