International
URL courte
826
S'abonner

Selon Jan Egeland, responsable de l'Onu en charge de l'aide humanitaire en Syrie, des centaines de milliers de personnes parmi les plus vulnérables au monde ne peuvent compter à l'heure actuelle que sur elles-mêmes.

Les organisations humanitaires n'arrivent pas à aider toutes les personnes pris au piège dans les combats en Syrie, au Yémen et au Soudan du Sud, il y a un risque de famine, a déclaré à Genève Jan Egeland, conseiller spécial de l'envoyé spécial de l'Onu pour la Syrie.

"Nous sommes dans l'incapacité d'aider les habitants de Daraya, nous sommes dans l'incapacité d'aider ceux de Moadamyia et d'Al-Waer. Dans ces trois localités (syriennes, ndlr), je dirais que la situation est absolument dramatique. La malnutrition des enfants y est telle que ces enfants mourront de faim si nous ne parvenons pas à les aider", a expliqué M.Egeland sur Radio France internationale.

Les hostilités et les bombardements compliquent aussi la mission des équipes humanitaires.

"Nous ne parvenons pas suffisamment à atteindre les personnes qui en ont besoin parce que les groupes armés restreignent notre accès, les parties violent systématiquement le droit humanitaire et les gouvernements ne nous aident pas (…). Nous faisons un grand travail pour des dizaines de millions de gens, mais il y a des millions auxquels nous n'avons même pas accès", a indiqué M.Egeland cité par le centre d'actualités des Nations unies.

"Dans certaines zones, l'accès nous a été refusé parce que la route n'avait pas été dégagée, ou bien elle n'était pas sécurisée, ou encore parce que les combats se poursuivaient. Nous avons besoin que les hostilités cessent afin de pouvoir accéder à ces zones", a indiqué M.Egeland à RFI.

Trop d'organisations n'ont pas la capacité de se déployer sur le terrain pour des raisons financières. "Cela coûte cher de déployer une équipe. Les gens doivent être bien formés", a-t-il déclaré.

Cinq à dix millions de personnes vivent dans des zones contrôlées par le groupe terroriste Etat islamique (EI ou Daech) en Iraq. Au Yémen, 20 millions de personnes ont aussi besoin d'une assistance humanitaire.

"Si la communauté humanitaire n'est pas présente, comme c'est le cas dans la plupart des endroits jugés trop dangereux, elle manque à son devoir envers les civils", a conclu M.Egeland.

Lire aussi:

« Beaucoup de gens sont sur ​​le bord de la famine en Syrie » (ONU)
Otan: Moscou remet les pendules à l'heure concernant la crise en Syrie
Encore plus de 3t d'aide humanitaire russe acheminées à Djebab, en Syrie
La Syrie reçoit 5 tonnes d'aide humanitaire russe
Tags:
crise syrienne, crise humanitaire, famine, aide humanitaire, ONU, Jan Egeland, Genève, Yémen, Syrie, Irak
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook