Ecoutez Radio Sputnik
    Une flambée des violences contre les réfugiés enregistrée en Allemagne

    Une flambée des violences contre les réfugiés enregistrée en Allemagne

    © REUTERS / Alexandros Avramidis
    International
    URL courte
    Crise migratoire (printemps 2016) (38)
    14411

    L’Allemagne fait face à une hausse record des actes de violence commis contre les réfugiés, a annoncé le ministre de l'Intérieur Thomas de Maizière, dénonçant fermement cette tendance.

    "En 2015 déjà, le nombre d'attaques contre des centres de réfugiés a été multiplié par cinq et est passé de 199 à 1031. La tendance s'est encore accentuée depuis le début 2016. Depuis janvier dernier, 449 attaques contre des centres d'accueil des réfugiés ont été enregistrées, dont 82 avec violences. Outre les centres attaqués, 654 crimes ont été commis contre des réfugiés, dont 107 actes de violence", a annoncé Thomas de Maizière dans une interview accordée au groupe de média allemand Funke.

    Parmi les délits évoqués figurent de nombreuses insultes sur Internet, phénomène nouveau, selon le ministre. La crise des réfugiés a accéléré la hausse du nombre d'attaques de ce type en divisant le pays, estime M. de Maizière.

    L'Allemagne est le pays qui a accueilli le plus grand nombre de migrants parmi le million de réfugiés qui sont arrivés en Europe l'an dernier, la plupart en provenance des pays en guerre du Proche-Orient.

    Les violences à caractère antisémite ont en revanche diminué de 14% en 2015, selon les chiffres du ministère.

    Dossier:
    Crise migratoire (printemps 2016) (38)

    Lire aussi:

    Quand un footballeur revient sur le terrain inspiré par un réfugié syrien
    De traducteur à réfugié: confessions d'un Afghan ayant coopéré avec l'Otan
    La tour Eiffel évacuée et fermée après qu’un homme a été surpris en train de l’escalader
    Une opération pour faire descendre l’homme ayant escaladé la tour Eiffel en cours
    Tags:
    attaque, crise migratoire, violences, réfugiés, Thomas de Maizière, Allemagne
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik