Ecoutez Radio Sputnik
    Electromagnetic railgun prototype

    Les USA développent une arme nouvelle contre la Russie et la Chine

    © Photo. http://www.navy.mil/
    International
    URL courte
    5424157
    S'abonner

    Le Pentagone met au point un plan de défense visant la Russie et la Chine dans le cadre du programme de canon électromagnétique (ou Railgun) mené depuis 2005 par l’Office of Naval Research (ONR) de la marine américaine.

    Selon le Wall Street Journal, cette arme n'a besoin ni de poudre ni d'explosifs. Elle est alimentée par des rails électromagnétiques qui lui communiquent une vitesse stupéfiante. 

    Ce canon électromagnétique possède au moins trois avantages majeurs. Avec ce canon, nul besoin d'embarquer à bord d’un navire des obus traditionnels, ce qui augmentera la sécurité. Ensuite sa portée de plus de 200 milles nautiques permet de frapper loin, vite et fort tout en évitant le risque de riposte. Enfin, le dernier avantage est relatif au prix: un tir de Railgun ne coûtera «que» 25.000 dollars contre 0,5 à 1,5 million de dollars pour tirer un missile traditionnel.

    Selon des conseillers militaires américains, cette arme pourrait être utilisée pour protéger les pays baltes contre la Russie et soutenir les alliés des Etats-Unis en mer de Chine méridionale contre Pékin.  

    Des responsables russes, notamment l'ambassadeur auprès de l'Otan Alexandre Grouchko, signalent que de telles avancées technologiques des Etats-Unis, outre le déploiement du système  AMB à proximité des frontières de la Russie, pourraient porter atteinte à la stabilité stratégique actuellement garantie par l'équilibre relatif entre les arsenaux nucléaires russe et américain. 


    Lire aussi:

    Des robots protégeront le Pentagone... contre les petits hommes verts!
    Ils sont partout: les sous-marins russes, nouvelle obsession du Pentagone
    Le Pentagone va dépenser 35 milliards USD en cybersécurité
    Tags:
    stabilité, Railgun, Pentagone, Mer de Chine méridionale, Russie, Chine, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik