Ecoutez Radio Sputnik
    L'Otan

    L’expansionnisme de l’Otan: histoire d’une promesse US non tenue

    © REUTERS / Francois Lenoir
    International
    URL courte
    12216
    S'abonner

    La Russie a raison d’affirmer que les Etats-Unis n’ont pas tenu leur promesse de ne pas étendre l’Organisation du traité de l’Atlantique nord (Otan) vers l’Europe de l’est. Des documents dévoilent les particularités de cette histoire.

    Lorsque les représentants occidentaux parlent de la menace que représente la Russie pour la stabilité européenne, ils ne prennent en considération ni les arguments ni la logique de Moscou, qui s'accroche à une interprétation différente, affirme l'observateur Joshua Shifrinson dans un article publié dans le journal Los Angeles Times.

    Dans son étude de cette complexe histoire, M.Shifrinson ne peut pas s'empêcher de tomber dans le piège de la rhétorique purement occidentale. Admettre que la Russie entreprend uniquement des activités de caractère défensif? Voilà qui est trop difficile pour l'observateur! Cependant, il accorde une attention particulière à la position de Moscou.

    L'étude des documents démontre au final que c'est la Russie qui avait raison. La chute du mur de Berlin, en novembre 1989, et les processus liés à la création de l'Allemagne unie ont soulevé la question importante de l'adhésion possible de cet Etat au bloc soviétique ou occidental. C'est ainsi que l'administration du président américain George Bush a décidé que l'Allemagne devrait faire partie de l'Otan.

    Dès que la Russie insiste sur le fait que les Etats-Unis ont présenté des garanties que l'Otan ne s'étendrait pas vers l'est, l'Occident proteste. Selon l'observateur, les documents démontrent l'inverse et indiquent clairement que les autorités américaines avaient rapidement changé leur position.

    L'administration américaine a entamé des discussions portant sur les délais nécessaires afin de faire comprendre aux pays de l'Europe de l'est que l'Otan était prête à les inviter. M.Shifrinson souligne que le mécontentement témoigné par Moscou lorsque l'Otan s'est mise à inviter ces pays dans les années 1990 n'a rien d'étonnant.

    Lire aussi:

    L'étoile de l'Otan disparaît de son lieu d'origine à Bruxelles
    Terminator-3, l'arme que l'Otan devrait redouter
    Lavrov: la Russie est prête à riposter aux menaces de l'Otan
    Les Polonais apprendront à aimer l'Otan dès l'école
    Tags:
    adhésion, diplomatie, OTAN, Russie, URSS, États-Unis, Europe
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik