International
URL courte
8210
S'abonner

Les transgenres danois triomphent: désormais, ils ne souffrent pas d'une affection psychiatrique! Copenhague a décidé de retirer la transsexualité de la liste des maladies mentales établie par le ministère de la Santé.

La décision a été prise le mardi 31 mai par la commission de la santé au sein du parlement danois. Le retrait entrera en vigueur le 1er janvier 2017.

"Il est totalement inapproprié d'appeler cela une maladie", a déclaré à l'AFP le vice-président de la commission parlementaire Flemming Moller Mortensen.

Cette décision vise aussi à influencer l'Organisation mondiale de la santé (OMS) qui n'a pas encore retiré les cas de personnes transgenres de sa liste des maladies mentales. "Le Danemark n'a pas la +patience+ d'attendre une décision de l'OMS, qui doit examiner cette question en 2016", a ajouté M. Mortensen.

La branche danoise d'Amnesty international, une ONG qui défend les droits de l'homme, a souligné que le Danemark était devenu le premier pays dans le monde à prendre une telle décision.

"Cela fait du Danemark un pionnier concernant les droits des personnes transgenres, et Amnesty félicite le gouvernement pour les efforts qu'il a déployés au sein de l'OMS pour obtenir un changement de la classification des maladies", a déclaré le secrétaire général de la branche danoise de l'ONG,Trine Christensen.

Les associations de défense des droits des LGBT (Lesbiennes, gays, bisexuels et trans, ndlr.) ont également salué cette initiative.

Cette initiative signifie la fin de "la stigmatisation institutionnelle des personnes transgenres", a déclaré la porte-parole d'une association LGBT, Linda Thor Pedersen.

Lire aussi:

Un homosexuel bientôt à la tête de l'armée US?
Les valeurs familiales à travers l'homophobie et le mariage homosexuel
Avec l’arrivée des transgenres, l’armée américaine se marginalise
Gérald Darmanin réagit à la plainte pour viol qui le vise
Tags:
maladies, transgenre, LGBT, Amnesty International, Danemark
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook