International
URL courte
13163
S'abonner

Seraient-ce les mêmes animaux vagabonds qui ont envahi il y a un an la capitale lettone Riga? Comme le montre cette nouvelle migration, l'UE reste toujours attrayante…

La Carélie du Sud, une région finlandaise située à la frontière russe, s'est retrouvée inondée de sangliers, rapportent les médias.

Au moins 15 ou 20 sangliers sont notamment passés jeudi matin au bord du canal de Saimaa, qui relie le lac Saimaa en Finlande à la baie de Vyborg, en Russie.

La Finlande ne comptait que quelques centaines de sangliers en 2010. Cette année, les autorités finlandaises ont déjà enregistré 700 sangliers dans la région contre 400 en 2015. Leur population a donc presque doublé malgré le fait que 250 sangliers ont été tués en 2015 par des chasseurs. 

La Finlande n'est pas le premier pays membre de l'UE à être la victime de ces hôtes importuns. En 2015, la Lettonie est aussi devenue un pays d'accueil pour les sangliers, probablement épris des valeurs européennes. 

Les sangliers ont pris l'habitude de se promener paisiblement dans la capitale lettone Riga et même d'y organiser des raids en quête de nourriture. Ironie de l'histoire: le Musée letton de la nature avait auparavant choisi comme animal de l'année 2015… le sanglier! 

Le chef de l'association des chasseurs lettons, Harald Barviks, a même proposé de capturer des sangliers et de les déplacer à une vingtaine de kilomètres de Riga, à Adazi, où se trouve un polygone d'essais de l'Otan. Certains sangliers ont été placés dans des zoos lettons. Mais malgré les efforts entrepris par les autorités locales, les sangliers continuaient à semer la terreur dans la capitale. Elles ont donc fortement déconseillé aux habitants de sortir dans la rue la nuit.

Lire aussi:

L'Italie attaquée par les sangliers de Tchernobyl
Un sanglier traverse le Bosphore et sème la panique à Istanbul
Hong Kong: un sanglier dans un magasin pour enfants
Tags:
sanglier, animaux, Carélie du Sud (Finlande), Finlande
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook