Ecoutez Radio Sputnik
    Ayatollah Ali Khamenei

    Ces vieilles rengaines sur le terrorisme

    © AP Photo / Oficina del Líder Supremo de Irán
    International
    URL courte
    16321
    S'abonner

    La peur de la menace terroriste dans certains pays semble prendre le dessus sur le bon sens et les efforts de leurs dirigeants ne visent qu'à chercher de nouveaux "soit-disant" terroristes.

    Comme annoncé, le département d'Etat américain a diffusé jeudi dernier un rapport dans lequel l'Iran et la Syrie ont été qualifiés, une fois de plus, d'Etats sponsors du terrorisme. 

    Le rapport signale qu'en 2015, la République islamique d'Iran restait le principal sponsor du terrorisme et soutenait de nombreuses organisations, notamment le Hezbollah libanais, des groupes palestiniens, dont le Hamas, ainsi que le gouvernement de Bachar el-Assad en Syrie. 

    Téhéran a rejeté toutes les accusations de complicité avec le terrorisme.

    "A l'opposé des Etats-Unis, l'Iran a prouvé concrètement qu'il était la force la plus sérieuse et efficace pour faire face au terrorisme et le combattre", a déclaré le porte-parole du ministère iranien des Affaires étrangères Hossein Jaber Ansari, cité par l'agence Fars. 

    Reza Moghaddasi, politologue, orientaliste et ancien directeur général de l'agence d'information iranienne MehrNews, a dévoilé à Sputnik les causes des accusations américaines contre Téhéran. 

    Reza Modhaddasi signale que les Etats-Unis ne cessent pas de rabâcher des accusions contre l'Iran lui imputant la sponsorisation du terrorisme. Depuis plusieurs dizaines d'années, ils l'accusent de soutenir le Front de résistance, c'est-à-dire la Palestine et le Liban, dans leur lutte contre l'agression et l'occupation israéliennes. D'après la logique des Etats-Unis, aider la lutte de libération de ces mouvements signifie être complice et sponsor du terrorisme. Pour sa part, M.Modhaddasi estime que le véritable sponsor du terrorisme dans le monde est le "régime sioniste". 

    Le politologue voit au moins trois ou quatre raisons majeures à cette approche des Etats-Unis et à leurs nouvelles accusations. 

    Tout d'abord, c'est la non-reconnaissance par l'Iran de la domination des Etats-Unis sur le reste du monde.     

    Ensuite, les Etats-Unis tentent de justifier leur attitude envers l'accord sur le programme nucléaire iranien. Six mois après la mise en vigueur du plan d'actions commun, les Etats-Unis font feu de tout bois pour empêcher l'Iran de rétablir ses droits légitimes stipulés dans l'accord. La meilleure façon de parvenir à leurs fins est d'accuser l'Iran de sponsorisation du terrorisme.   

    Une autre raison, selon Reza Modhaddasi, est le succès évident des forces de la résistance sur les fronts irakiens et syriens anti-Daech. Surtout depuis que des groupes importants de djihadistes ont été délogés de Falloujah et de Raqqa. Les terroristes, sponsorisés ouvertement et en sourdine pendant plusieurs années par les Etats-Unis, ont essuyé une défaite. 

    "Pour sauver la face aux yeux de la communauté mondiale, les Etats-Unis accusent de terrorisme leur principal opposant, à savoir l'Iran. Ils le font pour justifier l'impuissance et l'inefficacité de leur coalition internationale qui n'a rien fait contre les djihadistes et qui continue, au contraire, de leur livrer des armes", poursuit M.Modhaddasi. 

    En ce qui concerne la position de l'Iran sur cette déclaration américaine, elle  ne laisse pas de doute.  Pour l'Iran, ce sont les Etats-Unis qui sponsorisent le terrorisme dans la région.  

    "Les déclarations et les accusations du département d'Etat américain contre l'Iran resteront  sans effet  sur l'opinion publique parce que le rôle efficace de l'Iran dans la lutte contre le terrorisme en Syrie et en Irak est évident pour le monde entier", a conclu Reza Modhaddasi. 


    Lire aussi:

    Iran: 14 mds EUR par an pour se défendre contre le terrorisme et le sionisme
    Iran: les tirs de missiles ne violent pas l'accord nucléaire
    Mise en oeuvre de l'accord nucléaire: l'UE a levé les sanctions contre l'Iran
    L'Iran, puissance nucléaire d'avenir
    Tags:
    accusations, sponsor du terrorisme, coalition anti-Daech, Reza Moghaddasi, Bachar el-Assad, Raqqa, Falloujah, Palestine, Liban, Iran, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik