Ecoutez Radio Sputnik
    Phase 1 Training.

    La paix en Europe, oui, mais seulement sous contrôle américain!

    © Flickr/ Si Longworth
    International
    URL courte
    27139

    Les Etats-Unis affirment à qui veut bien l’entendre qu’ils veillent sur la sécurité du Vieux continent. Quitte à inventer des menaces imaginaires pour justifier leur présence près des frontières russes.

    Le commandant des forces américaines en Europe Ben Hodges a solennellement promis  que les Etats-Unis veilleraient à la sécurité sur le Vieux continent. 

    Le général a notamment déclaré lors de la cérémonie d'ouverture des exercices Anaconda-16 que "personne ne devait avoir de doutes quant à la participation des Etats-Unis à la paix et à la sécurité en Europe". 

    Selon lui, les Etats-Unis engagent de gros effectifs et d'importants matériels de guerre dans le cadre des exercices. 

    "Dès à présent, nous tirons des conclusions eu égard à la logistique, à la compatibilité et aux structures de commandement dans l'entourage international", a-t-il signalé. 

    En ce qui concerne l'endroit où sera stocké l'équipement des brigades américaines dont la rotation doit avoir lieu en Europe, le général Hodges a expliqué que chaque brigade viendrait avec son propre équipement. Il a ajouté que la décision sur les lieux de déploiement précis des unités de ces brigades serait prise lors du sommet de l'Otan de juillet prochain. 

    "Je m'attends à ce que les bataillons soient déployés dans chacun des pays baltes, en Pologne, en Roumanie et en Bulgarie", a dit Ben Hodges. Il a précisé qu'un bataillon devait se trouver sur la base américaine située dans le sud de l'Allemagne.  

    Les manœuvres Anaconda ont lieu tous les deux ans depuis 2006. Cette année, les exercices simulent une opération de défense conjointe dans les conditions de menaces dites hybrides.

    Au total, 31.000 militaires de 18 pays de l'Otan et de cinq pays  faisant partie du programme Partenariat pour la paix (PPP) participeront aux exercices  du 7 au 17 juin.

    De son côté, Moscou a fait savoir son hostilité à ces exercices organisés à proximité de son territoire.

    "Nous ne cachons pas notre attitude négative envers la politique de l'Otan visant à rapprocher l'infrastructure militaire vers nos frontières. En l'occurrence, nous invoquerons le droit souverain de la Russie à assurer sa sécurité avec des meures à la hauteur des risques d'aujourd'hui", a dit M.Lavrov lors d'une visite en Finlande.


    Lire aussi:

    A Varsovie, l’OTAN prépare-t-elle une crise des missiles de Cuba à l’envers?
    L'Otan sort la grosse artillerie en mer Baltique
    L’expansionnisme de l’Otan: histoire d’une promesse US non tenue
    Bill Clinton en robe bleue et pas que… Des trouvailles extravagantes dans une résidence d’Epstein – images
    Tags:
    exercices militaires, Anaconda 2016, OTAN, Sergueï Lavrov, Ben Hodges, Pologne, Europe
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik